Transcription – French – Andrew MacGillivray

24. Andrew MacGillivray.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

24. Andrew MacGillivray.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Andrew MacGillivray:
Je suis le lieutenant de marine retraité Andrew MacGillivray. Je suis un vétéran de 12 ans des Forces armées canadiennes. J'étais un officier de guerre navale, et j'ai été libéré pour raisons médicales des Forces armées canadiennes en août 2021. J'ai plus de 500 jours en mer, trois déploiements à haut niveau de préparation et beaucoup d'expérience opérationnelle. J'ai terminé ma carrière au centre de recrutement de Toronto. D'après mon expérience récente, les deux plus grandes menaces qui pèsent sur la capacité opérationnelle des Forces armées canadiennes ne proviennent pas d'entités étrangères mais des politiques du gouvernement fédéral. La première étant l'antiracisme, la théorie critique et autres idéologies marxistes imposées aux Forces armées canadiennes. Et le second est le mandat du vaccin COVID. Dans le cadre de ce témoignage, je me concentrerai sur ce dernier point. J'ai donc plusieurs statistiques que je vais lire et qui sont précises. Au 16 mars 2022, la moyenne sur 365 jours glissants du taux d'attrition des Forces armées canadiennes est de 11 %, soit presque le double de la moyenne. Notre force régulière compte 62 898 membres, la force de réserve 29 874 pour une force de combat totale de 92 772 membres. Parmi ces membres, 894 ne sont pas vaccinés. 409 ne sont pas vaccinés et demandent un hébergement, soit un total de 1303. L'état suivant. Je vais parler de nos membres qui n'ont pas été testés. Donc, non testé signifie qu'ils ne sont pas prêts à divulguer mes informations médicales et à cette époque, il y avait 1991. La plupart de ces membres ne sont probablement pas vaccinés. Il nous reste donc environ 3 300 personnes, soit 3,6 % de notre force de combat.

Andrew MacGillivray:
Maintenant, ces chiffres ne sont pas tout à fait, tout à fait exacts en raison de certains membres non vaccinés qui se sont vus offrir ce que nous appelons une libération quatre Charlie, ce qui signifie qu'ils seront libérés en règle. Et ils n'ont pas à passer par la montagne de paperasse et d'examens administratifs pour une libération de cinq fox-trot, qui équivaut à une décharge déshonorante. Certains de nos membres n'ont donc pas voulu passer par là et ont décidé de prendre la libération quatre Charlie. Ainsi, certains de ces membres avec lesquels j'ai parlé ont servi notre pays pendant plus de 20 ans et il ne leur reste qu'une poignée d'années avant d'obtenir leur pension. Il leur faut donc généralement 20 ou 25 ans pour obtenir leur pension et leurs prestations médicales. Avec une libération de cinq foxtrot. Ils ne touchent pas leur pension. Ils n'ont pas droit au régime de soins de santé du service public et ne reçoivent qu'un rendement sur les cotisations, un rendement très fluctuant sur lequel ils sont lourdement taxés. Je fais donc partie de certains de leurs chats et de certains de leurs membres. En un mois, le rendement de leurs cotisations a diminué de 100 000. Et donc, à mon avis personnel, c'est une honte. Vous avez des gens qui ont servi notre pays pendant une poignée d'années, à deux ou trois ans de leur pension, et ils sont libérés sans rien. Et donc, quand d'autres personnes ont vu ça, qui cherchaient à se joindre à nous, ils ont dit, eh bien, regardez, nous avons des gens qui ont servi notre pays et qui se font jeter sur le trottoir sans rien.

Andrew MacGillivray:
Ça ne va pas nous aider pour le recrutement. En mars, la ministre de la défense nationale, Anita Anand, a déclaré qu'il était urgent d'attirer des membres des Forces armées canadiennes dans un contexte de danger clair et présent, et qu'elle allait faire tout ce qui était en son pouvoir avec le général Eyer et l'équipe de défense élargie pour s'assurer que cela se produise. Eh bien, tout n'inclut pas l'abandon du mandat de plus de 3000 membres des FAC qui ont déjà réussi leur formation de base et qui sont à des étapes très diverses de leur carrière, qui ont probablement plus de 2000 ans d'expérience dans les Forces armées canadiennes et qu'ils mettent à la porte. Un autre chiffre qui devrait alarmer les Canadiens est qu'environ 800 millions de dollars de nos impôts sont jetés à l'égout à cause de ces mandats. Nous avons 17 pilotes qui se font virer. Deux de ces pilotes sont des pilotes de l'escadron 4 à 7, qui sont nos pilotes des forces spéciales, les pilotes des forces spéciales de notre pays. Pour chaque pilote, la valeur approximative de la formation est de 30 millions de dollars par pilote. Pour les snipers, c'est 1 million par sniper. Et la liste est longue. Je ne veux pas trop aborder le côté médical car ce n'est pas mon domaine d'expertise. Je dirai que beaucoup de membres du personnel sont jeunes et en bonne forme, et cela m'amène à poser la question suivante : quel est le pourcentage de personnes en bonne santé qui sont mortes du COVID entre 17 et 60 ans, âge auquel on atteint la retraite obligatoire ? Et si le pourcentage de personnes décédées du COVID entre ces âges est faible, pourquoi prenons-nous le risque d'imposer à l'ensemble des forces combattantes de notre pays un vaccin expérimental qui pourrait avoir des effets secondaires graves ? Et cette force de combat fait beaucoup de choses que le Canadien moyen ne voit pas dans les coulisses.

Andrew MacGillivray:
Le Canada n'est donc pas une nation militariste comme les États-Unis, mais nos soldats et nos marins s'occupent de beaucoup de problèmes domestiques. Ils répondent aux états d'urgence. Ils se sont rencontrés, ils obtiennent les communautés du Nord, de l'Ontario, les communautés autochtones. Ils les sortent quand il y a des feux de forêt et des inondations. Et ils représentent une force de travail considérable pour notre pays. Et donc mettre en péril cette capacité qui est en place pour protéger les Canadiens me semble inquiétant. Un autre point intéressant est que sur les 90 métiers différents que nous avons dans les Forces armées canadiennes, pourquoi nos médecins militaires ont-ils le plus haut pourcentage de membres non attestés, et de loin ? Qu'est-ce que ça vous dit ? J'aimerais également connaître le pourcentage d'augmentation ou de diminution du taux de suicide des membres des Forces armées canadiennes depuis la mise en œuvre de ces mandats. Lorsque vous faites partie des forces armées, il y a un esprit de corps sain qui s'établit au sein du service.

Andrew MacGillivray:
Blagues, plaisanteries, récits, histoires de guerre, ce genre de choses. Quand j'étais quand les mandats ont été mis en place, nous avons tous été renvoyés à la maison. Ce lien de fraternité que nous avions lorsque nous nous réunissions pour travailler me manque. Et je suis sûr que beaucoup de nos membres à l'époque avaient des problèmes mentaux, étant loin de la camaraderie de leurs unités. Je me demande également comment nos membres sont forcés de quitter leur carrière et si l'ASPC ou Anciens Combattants Canada les couvrira pour tout problème de santé mentale potentiel lié au fait d'être mis au rancart. Et puis j'ai un dernier point concernant mes préoccupations en matière de recrutement, j'ai été dans le recrutement pendant deux ans. Nous avons du mal à faire entrer des membres et beaucoup de ceux que nous faisons entrer sont des membres de la famille de membres en service. Et donc, si nous traitons nos membres actuels de cette façon, en les mettant à la porte, nous perdons en fait cette lignée de personnes qui rejoignent les Forces armées canadiennes. Il y a beaucoup de gens qui sont comme mon fils ou ma fille, mes parents, mes grands-parents, et dans l'ensemble, de mon point de vue, le moral au sein des Forces armées canadiennes est extrêmement bas. Et de la façon dont nous traitons nos membres, dans 10 ou 15 ans, nous n'aurons pas une force de combat efficace capable de défendre la souveraineté et la souveraineté du Canada. Désolé. Et c'est tout ce que j'ai à dire. Merci.

Trish Wood:
Merci beaucoup. C'est assez effrayant. Les chiffres sont assez effrayants. Savez-vous combien de personnes non vaccinées qui sont punies ont fait leur service actif en Afghanistan ? Nos vétérans d'Afghanistan sont inclus dans cette liste ?

Andrew MacGillivray:
Non, madame, je ne le ferais pas. Je n'ai pas cette information.

Trish Wood:
Certains le seraient, je suppose. Oui, m'dame. Ce que je veux dire, c'est que vous pouvez servir dans un pays étranger et risquer vos fesses et qu'on vous renvoie parce que vous n'avez pas été vacciné. C'est.

Andrew MacGillivray:
Oui, m'dame. Et nous avons, vous savez, les gens, quand je suis dehors et que je parle aux gens, ils me traitent d'anti-vaxxer. Mais j'ai un carnet de vaccination qui est plein. Et j'ai probablement plus de vaccins que 99% de la population mondiale. Et donc nous ne sommes pas anti-vaccins. Mais pour nous, je me souviens que je discutais avec un ami médecin, et lorsque cela est sorti pour la première fois, nous nous demandions s'ils allaient rendre cela obligatoire, et il a dit non, il a dit que cela allait être un crime contre l'humanité. Il n'y a aucune chance qu'ils rendent obligatoire un vaccin expérimental. Et bien sûr, ils l'ont fait.

Trish Wood:
Ok pour le panel maintenant. Je suis sûr qu'ils ont des questions.

Preston Manning:
Oui. Merci de l'avoir pris. Et je suis sûr que c'est un exercice douloureux pour vous de devoir vous engager. Quels mécanismes internes existent au sein de l'armée pour faire valoir les arguments que vous avancez, par exemple avant que les décisions ne soient prises ? Y a-t-il eu une consultation avec les troupes, avec le personnel médical ? Y avait-il un mécanisme interne pour essayer de faire valoir les arguments que vous avancez ?

Andrew MacGillivray:
Non, je ne pense pas. Donc, à l'heure actuelle, d'après ce que j'ai compris, il y a un recours collectif qui a été déposé par deux ou plusieurs centaines de nos membres qui poursuivent le gouvernement fédéral ou les Forces armées canadiennes devant les tribunaux pour lutter contre leur libération. Je ne peux pas trop en parler. Je n'ai pas les détails. Mais en gros, dans l'armée, nous recevons des ordres et beaucoup de gens ont trop peur de poser des questions parce qu'ils ne veulent pas faire de vagues ou créer un tas de paperasse pour leur chaîne de commandement. Je n'ai donc rien d'autre que du respect pour les personnes qui se sont levées, qui se sont manifestées et qui subissent le casse-tête des examens administratifs, etc. pour pouvoir se battre contre cela. Mais d'après ce que j'ai compris, la grande majorité d'entre eux ont simplement accepté le fait qu'ils allaient se faire vacciner et ont simplement fait ce qu'on leur a dit.

Preston Manning:
Et si une enquête nationale est menée sur cette affaire, on vous a demandé quels changements devraient être apportés dans l'armée pour que ce genre de choses ne se reproduise plus ? Y a-t-il une ou deux étapes majeures que vous suggéreriez ? Je ne sais pas. C'est une question assez large, mais nous essayons de ne pas seulement collecter ce qui n'a pas fonctionné, mais nous cherchons à savoir comment l'éviter à l'avenir.

Andrew MacGillivray:
Je pense que c'est une question difficile. J'étais un officier junior et c'est définitivement une pièce de niveau stratégique. Mais je pense que les sergents de l'armée de terre vont probablement me détester pour avoir dit cela, mais obtenir un retour d'information des troupes, des marins, des aviateurs au niveau du sol sur leurs préoccupations concernant ce genre de choses et avoir peut-être des réunions ouvertes ou des sortes de mairies à ce sujet, où ils peuvent effectivement prendre un certain retour d'information de la part de la base et discuter de ce que sont leurs problèmes avec le ou ce qui leur est imposé, que ce soit un vaccin ou autre. Cela pourrait donc être une bonne mesure. Mais aussi avoir des conseils de l'extérieur et pas seulement des trucs venant de la droite, du gouvernement fédéral, peut-être obtenir des conseils médicaux externes à la communauté médicale au sein des forces armées.

Trish Wood:
Ok. Ok. Merci. Oh, désolé. Preston, avez-vous une autre question ?

David Ross:
Je veux juste vous remercier pour votre service à notre pays. Juste un petit commentaire. Il me semble que c'est un phénomène assez répandu. Le problème est que beaucoup de gens reconnaissent qu'il y a un lien indissociable entre le fait de faire des choix et le fait que ces choix ont des conséquences. Et j'ai l'impression qu'en termes de décisions prises, le poids des décisions politiques a été beaucoup plus important que celui de la science, de la logique et du bon sens. Donc, de toute façon, je suppose, vous savez. Tout cela, ces choses devraient être tirées au clair, je pense, surtout quand il s'agit de quelque chose d'aussi important que nos forces armées. Merci encore pour votre service.

Andrew MacGillivray:
Oui, monsieur. Merci beaucoup pour votre temps.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including secure transcription and file storage, automated translation, powerful integrations and APIs, automated subtitles, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email