Transcription – French – Dr. Patrick Phillips

03. Dr. Patrick Phillips.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

03. Dr. Patrick Phillips.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Trish Wood:
Le suivant est Patrick Phillips, qui est également médecin. Et il arrive par le Zoom de l'Ontario. Et il a été, d'après ce que j'ai compris, sanctionné pour avoir prescrit de l'Ivermectin, rédigé des dérogations aux mandats et signalé des blessures dues aux vaccins. Je pense. Est-ce que ça résume bien la situation ?

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Je veux dire, mon dossier avec le CPSO est assez complet, mais oui, ça résume bien la situation. Je suis actuellement suspendu, je ne peux plus pratiquer la médecine.

Trish Wood:
Oh, je suis désolé. Permettez-moi de vous demander d'affirmer, si vous le voulez bien, que ce que vous dites aujourd'hui est vrai et que vous le savez au mieux de vos capacités et de vos souvenirs.

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Donc ce que je vais dire est vrai au mieux de mes capacités et de mes souvenirs.

Trish Wood:
Ok. Et dites-nous pourquoi vous êtes ici, s'il vous plaît.

Dr. Patrick Phillips:
Chris Ouais. Donc. Patrick Donc, en gros, je veux mettre en avant mon expérience en matière de déclaration des événements indésirables dans le système que nous avons au Canada et plus particulièrement ici en Ontario. Parce que je crois qu'il y a quelques, quelques problèmes assez importants avec ce système que j'ai rencontrés. Ainsi, dans ma communauté d'Engelhart, en Ontario, une ville d'environ 1 500 habitants, le déploiement du vaccin a commencé à la fin mars et en avril 2021. Et à l'époque, je travaillais principalement dans le service des urgences de ma ville, et j'ai commencé à voir des événements indésirables commencer à arriver par le service des urgences. Les personnes disant spécifiquement qu'elles pensaient avoir souffert d'une lésion due au vaccin ou les personnes, qui étaient claires après le vaccin … C'est dans les quelques jours et pour certaines personnes jusqu'à quelques semaines après le vaccin que ces nouveaux symptômes, nouveaux ou aggravés, sont apparus. Et je vais passer en revue les neuf rapports d'événements indésirables très brièvement pour préserver la confidentialité, mais je vais juste vous donner une idée de ce qu'ils étaient. Ainsi, un patient est arrivé avec un engourdissement du visage qui a duré huit jours au moment de son arrivée et qui est apparu juste après le vaccin. Un autre patient présentait une faiblesse du bras gauche au point qu'il ne pouvait plus travailler et qu'il faisait tomber des objets. Un autre patient a eu des douleurs abdominales et des vomissements pendant deux semaines.

Dr. Patrick Phillips:
Des palpitations d'apparition récente chez un patient, une grande éruption cutanée sur tout le bras qui a persisté pendant une semaine et qui était en train de se développer. Je leur ai vu le bras, l'engourdissement et la faiblesse avec une fatigue débilitante, débilitante et altérant sa capacité à travailler. Mais aussi, encore une fois, une faiblesse dans un bras, ce que nous considérons comme un symptôme assez important. Bien. Nous devons exclure un AVC et une masse ou d'autres problèmes. Quand les patients se présentent de cette façon. Une autre patiente a vu sa démence progresser après avoir reçu le vaccin, au point qu'elle ne parlait plus vraiment et n'était plus capable de sortir du lit. Elle a donc dû être hospitalisée. Une autre patiente a eu une forte fièvre et une faiblesse du bras deux jours comme immédiatement après le vaccin, mais elle est revenue deux jours plus tard et a dû être hospitalisée. Un autre patient souffrait de vertiges et d'acouphènes graves, que j'ai diagnostiqués comme étant une névrite vestibulaire, ce qui l'empêchait à nouveau de conduire. Voilà donc ce qui est arrivé au service des urgences et, conformément à mon obligation légale, j'ai signalé ces cas à la santé publique, qui est le principal organisme de déclaration ici en Ontario. Donc, après les cinq premiers que j'ai signalés, mon agent de santé publique m'a envoyé une lettre et je vais juste le faire. Puis-je partager mon écran ? Je ne sais pas où. Quoi qu'il en soit, je peux juste je peux juste.

Trish Wood:
Je pense que tu devrais probablement juste lire de. En cas de problème. Ouais, je pense que tu devrais probablement juste.

Dr. Patrick Phillips:
Ok. Alors, oui. Donc, dans une lettre datée du 27 avril 2021, mon agent de santé publique m'a écrit. En gros, l'essentiel est de dire, pour votre information, que les cinq cas que vous avez signalés ne répondent pas aux critères d'un événement indésirable après une vaccination, et que les patients ont été ou seront informés en conséquence. Donc je l'étais. Je suis assez surpris. Je veux dire, je comprendrais qu'un ou deux soient rejetés, mais tous ont été essentiellement rejetés. Il m'a en fait donné accès à un document qui passe en revue les critères de ce qui est considéré comme un événement indésirable après une vaccination. Je l'ai ici. Laissez-moi voir. Oui, juste ici. Alors quoi. Ce serait bien si je pouvais partager ça, mais de toute façon, ce n'est pas le cas. Il ne s'agit pas d'une information destinée aux patients, mais il existe des critères très spécifiques pour ce qui est considéré comme un événement indésirable après une vaccination. Et c'est essentiellement une page. Si vous regardez, par exemple, l'anesthésie et la paresthésie, qui est la perte de sensation pour les vaccins non vivants, elle peut elle doit se produire dans les 15 jours. Sinon, cela ne compte pas comme un autre exemple de leur spécificité. Si un patient s'évanouit et se blesse, cela ne compte que si cela se produit dans les 30 minutes suivant le vaccin. Cela ne compte pas comme un événement à enregistrer s'il se produit à 31 minutes.

Dr. Patrick Phillips:
Et il y a beaucoup de ces critères pour seulement une sorte de poignée d'événements différents. Et s'il ne répond pas à ces critères selon la santé publique, il ne compte pas comme un événement indésirable. Cela contraste donc fortement avec la réglementation de Santé Canada, qui a une définition beaucoup plus large des effets indésirables qui doivent être signalés pour assurer la sécurité des produits pharmaceutiques. Donc, selon eux, je suis juste en train de le tirer vers le haut ici. Ils n'ont que quatre critères. Si elle répond à ces quatre critères, elle doit être signalée à Santé Canada. Donc, je vais juste le tirer ici. Désolé. Il y a beaucoup de documents que je suis en train de faire défiler. Donc les quatre critères sont un reporter non identifiable, c'est-à-dire moi-même. B est un patient identifiable, ce que j'ai fait sans aucun doute. J'ai donné des informations au patient. Et C c un produit suspect. Ce qui signifie qu'ils ont reçu un produit pharmaceutique et qu'ils ont eu un effet indésirable. C'est leur critère minimum. Évidemment, ils disent qu'ils en veulent plus, mais si cela répond à ces critères, il est obligatoire de le signaler. Il y a donc deux critères différents et contradictoires ici.

Trish Wood:
Je veux juste être clair à ce sujet. Exactement, parce que vous dites qu'ils sont contradictoires. Alors qui gagne ? Je veux dire, pourquoi la santé publique restreint-elle ce qu'elle considère comme un événement indésirable alors que l'organisme fédéral est plus large, comment lequel prime alors sur le dépôt d'un préjudice ?

Dr. Patrick Phillips:
C'est une bonne question. Je n'ai pas cette réponse pour vous. Je veux dire, à mon avis, surtout pour une urgence, c'est juste pour tout nouveau produit commercialisé, mais encore plus, je dirais avec un produit autorisé pour une utilisation d'urgence, qui n'est pas entièrement passé par le processus d'approbation parce qu'à ce moment-là, ils étaient tous sous autorisation d'utilisation d'urgence. Ou bien il y a peut-être un terme différent pour cela au Canada. Mais oui, à mon avis, conformément à la promotion de la sécurité de tout produit pharmaceutique, nous devrions signaler tout nouveau symptôme ou toute aggravation des symptômes après avoir reçu ce produit, car parfois on ne s'attend pas à ce que les choses se passent. Parfois, même s'il s'agit d'accidents de voiture, s'il y a une augmentation des accidents de voiture après l'administration d'un vaccin, on se dit qu'il n'y a pas de lien possible. Mais que faire s'ils ont des crises ? Et s'il y avait quelque chose d'autre, d'ordre médical, qui conduise les gens à avoir des accidents de voiture ? C'est pourquoi même les choses qui semblent inoffensives doivent toutes être signalées. Cela ne signifie pas nécessairement qu'il est causé à 100 % par ce produit, mais il faut le signaler pour qu'il puisse être analysé à grande échelle. Donc, même si cela ne semble pas lié, il est important de le signaler, à mon avis, et je pense que c'est ce que les règlements de Santé Canada semblent affirmer. Mais ce qui est encore plus inquiétant dans tout ça, c'est que j'ai été assez consterné par ça.

Dr. Patrick Phillips:
Et j'étais… j'étais bouleversée par ça. J'ai donc publié cette lettre, qui, je le répète, ne contient aucune information sur les patients, parce que je pensais qu'il était important que les gens sachent que ces événements indésirables ne sont pas signalés, même lorsque les médecins les signalent. J'en ai la confirmation parce que mon officier de santé publique a écrit à la Commission, il a donc écrit plusieurs choses. Donc, premièrement, il a déposé une plainte auprès de la Commission. Et dans cette plainte, il dit avoir lancé une action réglementaire contre moi. Alors Dr. Phillips a rapporté six événements indésirables suite à l'immunisation. À ce jour, les six formulaires comportaient au moins une erreur significative, notamment un manque d'informations cliniques, une section d'information sur les événements indésirables en page 1 non remplie ou un diagnostic erroné d'un événement indésirable d'intérêt particulier. En outre, si une seule des six soumissions répondait aux critères de diagnostic de l'AESI, tous les patients ou leur famille. N'oubliez pas que nous avons été contactés dans le cadre de notre évaluation et que tous ont convenu que leurs symptômes ne correspondaient pas à un événement indésirable consécutif à la vaccination, et tous ont été informés qu'ils pouvaient recevoir une dose de rappel comme prévu. C'est donc ce qu'il a envoyé au CPSO, et le CPSO a lancé une enquête sur moi. Dans ce cadre, j'ai pu recevoir la totalité de sa correspondance avec le CPSO, et il a envoyé un courriel de suivi dans lequel, le 1er juin, il déclare que, malgré le fait qu'il ne croyait pas qu'il y avait un lien de causalité, il a dit qu'il l'avait envoyé au bureau de la santé publique.

Dr. Patrick Phillips:
Mais il envoie ensuite une clarification le 11 juin. Donc dans ceci. Il dit. J'ai ensuite contacté le public pour examiner la situation et je l'ai rencontré le 4 juin. Le conseil qu'ils ont donné est qu'il n'y a pas d'attente pour que le médecin hygiéniste local détermine la causalité. Si au cours de l'enquête sur l'AEFI, le MDS détermine que l'incident ne répond pas aux critères d'un AEFI. Le médecin conseil de la santé peut alors décider de ne pas soumettre le formulaire. Mon ONC et moi-même avons examiné les soumissions originales qui ont été référencées dans ma lettre originale au Dr. Phillips, et mon évaluation continue à être qu'ils ne répondent pas aux critères de l'AEFI. Par conséquent, pour clarifier mon courriel du 1er juin, bien que j'aie examiné ces AEFI en termes génériques avec le bureau de la santé publique, beaucoup d'entre eux n'ont pas été soumis comme AEFI. C'est donc la confirmation qu'ils ont été censurés à ce niveau et qu'ils ne sont pas parvenus à Santé Canada pour cette surveillance. En plus de cela. Je pense donc qu'il est très inquiétant qu'il n'y ait pas de surveillance qui aille au-delà de cette petite poignée de conditions avec des exigences de temps très strictes.

Dr. Patrick Phillips:
Il n'y a donc pas de surveillance générale et la censure s'exerce à ce niveau. Notre système de surveillance de la sécurité des vaccins est donc, à mon avis, marginal, voire inexistant. Mais je pense que les choses vont plus loin, car en plus de censurer ces rapports, je suis maintenant sanctionné pour faute professionnelle pour les avoir signalés. Donc. Donc si nous regardons, je lis ici les allégations qui vont au tribunal pour la discipline. Donc je suis accusé. Et pour clarifier, en fait, ces erreurs d'écriture ou ces informations manquantes, les patients, lorsqu'ils arrivent au service des urgences, n'ont pas leur numéro de lot. Ils n'ont pas nécessairement des dates tout à fait correctes. Donc en tant qu'urgentiste, je n'ai pas accès à leur dossier complet. Je ne suis donc pas en mesure de remplir entièrement ces formulaires si le patient ne dispose pas des informations nécessaires. Ainsi, lorsqu'on dit que le dossier, les pages ne sont pas entièrement remplies, c'est souvent parce que le patient n'avait pas le numéro de lot. Je ne suis pas leur médecin de famille, donc je n'ai pas cette information. Alors bien sûr, il va me manquer des informations. Mais ils s'en servent à mon avis. Je ne sais pas. C'est ce qu'ils utilisent pour m'accuser de les rapporter.

Trish Wood:
Mais aussi, je veux juste parler de certaines des autres choses qui vous sont arrivées, parce que vous avez en quelque sorte vécu beaucoup de choses dont d'autres médecins se sont plaints. Bien. Ainsi, en dehors de cet effort de bonne foi de votre part pour signaler les blessures liées aux vaccins, vous avez également été mis en lumière pour d'autres événements qui se sont produits autour de votre pratique à l'époque de COVID 19. Et j'aimerais vraiment que vous me racontiez ces choses, mais je veux aussi que vous me fassiez part du côté humain de la chose. Tu es un jeune homme. Vous avez fait l'école de médecine. Vous êtes relativement nouveau dans votre carrière. Je veux donc parler un peu de cela aussi. Alors dites-moi simplement les autres façons dont vous vous êtes trompés et ensuite nous parlerons peut-être un peu de l'effet sur vous et nous aurons je sais que le panel est désireux de vous poser quelques questions.

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Alors oui, je pense qu'il faudrait des heures pour passer en revue toutes les façons dont je me suis heurtée au système et j'ai eu des problèmes à cause de ça. Mais je dirais.

Trish Wood:
En général, vous prescriviez des médicaments sans étiquette et ce genre de choses, non ?

Dr. Patrick Phillips:
Tu l'étais. Ouais. Donc je veux dire, je n'ai pas vraiment prescrit de traitement COVID parce que nous avions très peu de COVID dans ma région, surtout lorsque je travaillais encore dans le service des urgences. Mais j'ai prescrit certains traitements pour les lésions vaccinales, d'autres pour le COVID lui-même, comme un traitement précoce ou un traitement hospitalier. Et souvent, je suis sanctionné pour cela aussi. En fait, chaque prescription d'Ivermectin fait actuellement l'objet d'une accusation de faute professionnelle. Chaque traitement d'une blessure vaccinale avec certains de ces mêmes traitements sur une base non étiquetée ainsi que j'ai été accusé d'incompétence et. Et l'incapacité à respecter les normes de la profession, voilà ce qu'ils disent. Hum, quoi d'autre ? J'ai, j'ai aussi eu tellement de patients qui sont venus me voir et qui ont été forcés et contraints contre leur gré à recevoir les vaccins COVID. Et j'ai écrit pour eux des exemptions ou des lettres de soutien, en disant qu'ils étaient contraints. Et donc, je crois qu'ils ne pouvaient pas donner un consentement légal valide au vaccin. La plupart des notes que j'ai écrites étaient sur cette base. Je n'ai pas écrit exemptions médicales dans le sens où je n'ai pas dit qu'ils ont une condition médicale qui les rend donc exempts. J'ai déclaré dans presque toutes mes lettres, leurs lettres de soutien pour leur autonomie, ce que je considère comme la priorité numéro un de tout médecin en matière d'éthique médicale, est de protéger l'autonomie du patient autant qu'il est horrible de faire des erreurs au niveau médical. À mon avis, il n'y a rien de pire que de forcer un patient à suivre un traitement médical qu'il ne veut pas. Ma position en tant que médecin est d'aider les gens de la manière dont ils le souhaitent et d'atteindre leurs objectifs et les résultats escomptés. Donc…

Trish Wood:
OK, Patrick, je sais que le panel veut forer un peu, donc je vais lancer au panel.

Preston Manning:
Tu veux le faire ? Eh bien, merci beaucoup pour ce que vous avez dit et ce que vous avez vécu. J'irai droit au but en essayant non seulement d'obtenir des témoignages sur ce qui s'est passé, mais aussi sur ce qui pourrait être fait différemment. Comment éviter cela ? En fait, ma question est la suivante : quel serait le meilleur système pour définir les événements indésirables, les blessures dues aux vaccins, pour statuer sur les événements présumés s'ils se produisent et pour y répondre ? Il semble qu'il n'y ait pas de système équitable pour gérer ce genre de choses. Et y a-t-il quelque chose que vous pourriez suggérer comme une sorte de système futur qui pourrait mieux gérer votre cas et les choses dont vous parlez ?

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Je pense donc que pour la déclaration des événements indésirables, il devrait y avoir des critères très bas selon lesquels tout ce qui se produit qui est au moins temporairement associé à la réception d'un vaccin ou de tout nouveau produit devrait être déclaré. Cela signifie donc que si vous avez eu une crise cardiaque une semaine ou trois semaines après avoir été vacciné, cela doit être signalé, que vous pensiez que c'est lié ou non. Parce que ce que nous cherchons à savoir, c'est si les chiffres ont réellement augmenté ? Je ne pense donc pas que nous devrions faire la différence et nous demander si cela est dû au vaccin ou non. Parce que c'est tellement subjectif, non ? Un médecin dira que c'est lié et un autre dira que ça ne l'est pas. Mais si on les signale tous et qu'on voit qu'il y a un pic de crises cardiaques… Par exemple, après avoir reçu ce vaccin et en utilisant les données cumulées de tout le monde, cela nous donne le droit d'examiner la situation et de voir si cela vient du vaccin. Mais vous ne devriez pas l'être.

Preston Manning:
A qui le signalez-vous ? Cela permettrait d'avoir une évaluation objective. Si vous le signalez à un agent de santé publique, celui-ci a une conception différente de ce qui constitue un événement indésirable. Que ça n'aide pas. Faut-il qu'il y ait une instance de jugement avant…

Trish Wood:
Ça, au-dessus de ça ?

Dr. Patrick Phillips:
Eh bien, je pense qu'il devrait y avoir juste un système ouvert et transparent où tous les rapports sont publiés. Comme supprimer les informations identifiables des patients. Tous les rapports peuvent être consultés par le public. J'aime bien les différents systèmes, cependant. Il y a un certain filtrage. Et s'il y a un filtrage, alors cette liste devrait également être publique. Mais ensuite, ils devraient avoir une liste des rapports non vérifiés et ensuite des rapports vérifiés, les deux étant ouverts au public afin que vous puissiez voir tout ce qui a été soumis au système et ensuite ceux qui ont été améliorés également. Donc, si nous soumettions directement là, nous savions qu'elle serait évaluée et consultable publiquement à ce moment-là. C'est un système transparent. Il n'y a aucune raison pour que cela n'y figure pas, surtout si les informations identifiables sont supprimées. Donc nous devrions juste avoir un site web, vous le mettez dedans et automatiquement c'est couvert. Et cela ne signifie pas nécessairement que vous pouvez exclure des informations plus tard, mais au moins le rapport est là et il est transparent et il ne peut pas être filtré comme il l'est maintenant.

Preston Manning:
Ouaip. Merci.

Dr. Susan Natsheh :
Ouais. Ouais. Merci, Patrick. J'ai quelques questions à vous poser et des commentaires à faire sur ce point. Pouvons-nous inverser la question et quels sont les critères d'exclusion qui, selon vous, sont justifiés pour un système de notification des événements indésirables ?

Dr. Patrick Phillips:
Donc je pense honnêtement que le seul devrait être le temporel. Ce qui signifie que si quelque chose est apparu avant même que vous ayez reçu le vaccin et que ce n'est clairement pas lié. Mais à part cela, je pense que tout ce qui s'est passé après, toute aggravation de nouveaux symptômes ou de symptômes après avoir reçu le vaccin devrait être signalé. Et je ne dis pas ici que ça veut dire à 100% que c'est causé par le vaccin. Mais cela nous permet de tout capter et nous pouvons voir les tendances dans les données. Si nous sommes plus stricts que cela, nous excluons des choses auxquelles nous ne nous attendions pas nécessairement, ce qui, à mon avis, nuit à la sécurité, surtout pour les nouveaux traitements que nous ne connaissons pas bien.

Dr. Susan Natsheh :
Parfait. Merci de cette clarification. Lorsque la plainte a été déposée auprès du collège ou même avant le dépôt de la plainte, désolé, vous a-t-on demandé de fournir plus d'informations ? Avez-vous eu l'option ou la possibilité de fournir plus d'informations aux patients ?

Dr. Patrick Phillips:
Ils n'ont pas demandé. En gros, ils ont retiré toutes les cartes. Oh, donc aussi pour le responsable de la santé publique. Oui. Donc, non, il n'a pas demandé d'autres informations de ma part. Il est intéressant de noter que j'ai pris cette lettre, que j'ai rédigé une réponse et que je l'ai renvoyée par fax dès que je l'ai reçue, le 4 mai je crois, en lui demandant : "Pourquoi ces documents ont-ils été rejetés ? Pourriez-vous me faire savoir quelles sont les informations manquantes afin que ces documents ne soient pas rejetés uniquement à cause de ces informations manquantes. Et je serai plus qu'heureux de le faire, car j'ai écrit des notes détaillées dans les dossiers de mes patients, et je serai donc plus qu'heureux de les lui envoyer. Je n'ai pas reçu de réponse à cette OC de Fox.

Dr. Susan Natsheh :
Nous entendons beaucoup de gens dire que leurs médecins ou d'autres professionnels de la santé ne signalent pas les événements indésirables que les patients estiment subir. Pouvez-vous préciser les facteurs qui, selon vous, contribuent à cette hésitation à faire des rapports ?

Dr. Patrick Phillips:
Eh bien, oui, certainement. Je veux dire, une partie de cela est une grande culture de ce mantra sûr et efficace qui est mis en place. Le plus grand crime, en particulier au début de ce déploiement de vaccins, a été de remettre en question le vaccin de quelque manière que ce soit, en le considérant comme un chiffre, comme un risque pour la santé publique, en semant l'hésitation à l'égard du vaccin. Et donc, parce que c'était si fort dans la culture, les gens ne voulaient même pas y croire. Mais ce qui est encore plus inquiétant, surtout dans mon cas, c'est que j'ai été accusé de faute professionnelle pour avoir signalé ces événements indésirables, presque tous. On m'a dit que j'étais incompétent et que je ne répondais pas aux normes de la profession. Donc même si le fait est un médecin, s'il rapporte votre événement indésirable, il peut perdre sa licence. Comme si même si j'avais eu tort dans cet événement indésirable d'avoir ce genre. C'est maintenant un dossier public, non ? Que je suis un médecin. J'ai enregistré ces événements indésirables et je suis maintenant accusé et sanctionné pour les avoir signalés. Alors bien sûr, les médecins ne veulent pas faire de rapport. Et je peux dire pour moi-même qu'après avoir reçu cette lettre, j'ai atténué mes reportages. Et après avoir reçu la plainte et l'enquête du collège pour avoir signalé cela, j'ai cessé de le faire. Je l'ai fait. J'ai vu des effets indésirables. Si quelqu'un insistait, je le ferais probablement. Mais je me suis assuré qu'il n'y avait aucune question à se poser. Mais tous ces rapports plus libéraux, j'ai dû les arrêter parce que je savais que ma licence était menacée pour avoir signalé des événements indésirables. Et c'est un problème majeur. Bien sûr, aucun médecin ne voudra signaler que cela peut lui arriver.

Dr. Susan Natsheh :
Merci. Et juste une autre petite question. Pouvez-vous quantifier d'une manière ou d'une autre l'impact que la perte de votre droit de pratiquer a eu sur votre communauté et votre hôpital ?

Dr. Patrick Phillips:
Je ne suis pas vraiment capable de le quantifier. Je sais que notre hôpital est en quelque sorte rempli. Je ne suis plus à l'hôpital. Je ne l'étais pas avant de commencer un cabinet de médecine familiale plus récemment, mais que j'ai commencé il y a environ trois mois, cinq mois. Et oui, c'était l'un des 200 patients que j'avais au début de ma carrière qui avaient perdu leur médecin de famille sans pouvoir les aider de quelque manière que ce soit par la suite. Je n'ai donc pas pu faire de répétition de prescription pour essayer de les amener chez leur spécialiste ou autre, ou pour terminer les enquêtes sur leurs problèmes qui n'étaient pas terminées. Donc, les examens du cancer et les références dont ces patients avaient besoin pour des résultats très inquiétants sur leurs tests. Je n'ai rien pu faire pour eux et ils sont pratiquement livrés à eux-mêmes. Le collège a donc la possibilité d'avoir une suspension différée. Ils pourraient donc me donner un avertissement, me dire, hé, écoutez, je vais vous suspendre à partir de deux semaines ou de quatre semaines. Et cela m'aurait permis de terminer beaucoup de ces choses et d'envoyer mes patients dans d'autres endroits. Mais au lieu de cela, ils m'ont immédiatement suspendu et ont laissé ces patients sans aucune aide.

Dr. Susan Natsheh :
Merci beaucoup.

Preston Manning:
Dr. Phillips. Je vais me concentrer sur un autre domaine. Principalement en raison, je suppose, de mon expérience personnelle et professionnelle. Il est donc tout simplement stupéfiant pour moi, en tant que professionnel, qu'un autre collègue professionnel dépose une plainte contre ce collègue alors que les critères minimaux sont déjà remplis. Et, vous savez, dans mon esprit, cela en dit plus long sur l'intégrité et le caractère de la personne qui porte plainte que sur vous. Et donc je, et pire que ça, c'est la réaction de l'université qui a renforcé ce, à mon avis, comportement douteux. Comment qualifieriez-vous le traitement que vous a réservé votre profession par rapport à ce que vous auriez attendu lorsque vous étiez fraîchement diplômé, par exemple, ou peut-être même lorsque vous envisagiez d'entrer à l'école de médecine ?

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Je veux dire, c'est une question difficile. Je dirais que la culture de la médecine a toujours été très conformiste. Les médecins ont très, très peur de se mouiller dans de nombreux domaines. Mais cela s'est radicalement aggravé pendant le COVID, où toute remise en cause du statu quo était considérée comme un tabou et un enjeu majeur. Je savais donc que je me lançais dans l'aventure. J'allais à contre-courant. Je disais des choses que les gens ne voulaient pas entendre. Et il y a des choses que j'ai dites qui ont fini par être fausses. Mais je pense que je voulais faire avancer, ouvrir, ouvrir le débat autour de beaucoup de questions. Et donc beaucoup de médecins, ils n'aimaient pas ça. J'ai eu beaucoup de rapports à l'hôpital ou à l'université sur les choses que je disais en ligne. Et beaucoup d'entre eux n'ont pas aimé ça. Donc je, je suis allé à contre-courant. Je l'ai fait en quelque sorte consciemment. Je savais donc que ça allait arriver. Le traitement n'était pas génial, mais ce n'est pas inattendu quand on va à l'encontre de ce que fait la grande majorité des gens.

Preston Manning:
C'est juste parce que la grande majorité des gens font quelque chose. Je pense que tout le monde ici est d'accord pour dire que ça ne veut pas dire que c'est bien. Et donc, je pense que l'histoire de la médecine est que, et je ne parle pas seulement de décennies. Je parle de siècles. Est-ce que ce sont ceux qui sont courageux et qui s'expriment ? J'ai juste oublié le nom du gars. Mais c'est un médecin qui a dit "regard". Et ce sont des centaines d'années auparavant qui ont dit que lorsque nous pratiquons des opérations chirurgicales et que nous ne nous lavons pas les mains, nous provoquons des infections et des patients. Je pense qu'il y a une règle qui porte le nom du gars maintenant et donc vous savez et je pense qu'il a été rendu fou par le harcèlement qu'il a subi. Il est mort sans le sou à cause du harcèlement dont il faisait l'objet de la part de sa profession médicale à l'époque. Quelles autres orientations les autorités de santé publique ou les collèges ont-ils fournies à vous et aux autres médecins ? Et est-ce normal ou approprié pour des professionnels ayant reçu une formation aussi poussée que la vôtre et celle de tous les médecins au Canada ?

Dr. Patrick Phillips:
Donc, vous demandez essentiellement quelles autres directives la santé publique ou le gouvernement ont mis en place ?

Preston Manning:
En d'autres termes, est-ce qu'ils prescrivent exactement ce que tu feras et ce que tu ne feras pas ? Ou sont-ils en train de dire, vous êtes des professionnels ici, vous êtes bien formés, vous avez une bonne pratique clinique, une bonne pratique clinique et un bon jugement clinique. Utilisez-le.

Dr. Patrick Phillips:
Ouais. Donc. Oui, c'est un bon point. Je pense qu'il y a un certain nombre de choses, comme l'exemption de vaccins pour les personnes dans ce genre de situation. Il appartiendrait au médecin en général d'examiner le type de réaction d'un patient ou sa situation et de déterminer s'il a besoin ou non d'un nouveau traitement pharmaceutique. Ils nous ont donc enlevé toute possibilité de le faire et ont déclaré qu'à moins que vous ne répondiez à ces critères très, très spécifiques, tels que l'anaphylaxie après la première dose ou d'autres réactions, vous ne pouvez bénéficier d'aucune exemption. Et. C'est donc complètement nouveau de retirer ça des mains. Et en gros, ce que ça a fait, c'est que ça a enlevé… Les patients des docteurs étaient traités sans l'intervention de ce genre de médecin. Mais je pense que la plus grande chose à propos de cela, à propos de la préservation de ce caractère sacré de la relation entre le médecin et le patient, de la relation entre le patient et le médecin, c'est que cela préserve les intérêts du patient parce que ce médecin voit ce patient, évalue ce qui compte pour vous, quelles sont vos situations spécifiques. Et ensuite nous décidons si vous avez besoin d'un traitement ou non. En gros, ce qu'ils ont fait, c'est qu'ils ont supprimé cette possibilité et ont créé une règle à l'emporte-pièce selon laquelle il importe peu que vous ayez eu une attaque après le vaccin, que vous ayez eu une crise cardiaque ou que l'un de vos proches soit mort à cause du vaccin. Ça n'a pas d'importance. Tu dois l'avoir. Votre choix n'a pas d'importance. Vos valeurs n'ont pas d'importance et votre situation médicale n'a pas d'importance. Il est donc tout à fait nouveau que la santé publique, le gouvernement et le collège se soient coordonnés pour retirer l'autonomie des patients, car il ne s'agit pas seulement d'une astuce.

Trish Wood:
Je pense que c'est un très bon point pour terminer, nous devons continuer à avancer et nous nous efforcerons d'obtenir ces documents pour l'audience, si vous le voulez bien. Merci beaucoup et bonne chance à vous.

Dr. Patrick Phillips:
Oui, merci.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including upload many different filetypes, enterprise-grade admin tools, transcribe multiple languages, world-class support, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email