Transcription – French – Harold Ristau

25. Harold Ristau.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

25. Harold Ristau.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Harold Ristau:
Je suis le Dr. Harold Ristau. Je suis professeur dans un séminaire affilié à l'Université Brock et aumônier pour Veterans for Freedom. J'étais l'ancien combattant présent au monument aux morts d'Ottawa lorsque les barrières sont tombées et j'ai poursuivi Ottawa par l'intermédiaire du Centre de justice basé à Calgary. J'ai récemment démissionné d'un poste civil dans l'armée pour de nombreuses raisons, mais l'une d'entre elles concernait l'obligation d'être vacciné. Dans cette présentation, j'aimerais donc aborder les raisons pour lesquelles le fait d'empêcher les militaires de choisir de ne pas prendre le jab entrave leur efficacité opérationnelle, ce qui est crucial pour la sécurité nationale, ce qui est lié à mon témoignage personnel, qui concerne la discrimination gouvernementale systématique à l'encontre de ceux qui ont cherché à bénéficier d'une exemption religieuse et les punit. Rendre un gain dans le CAF moins efficace sur le plan opérationnel. Maintenant, même si les vaccins COVID ont fonctionné et n'ont pas fait l'objet d'une controverse, ou même s'ils n'étaient qu'une solution saline et que tout le monde le savait, il est sérieusement dangereux de forcer les soldats à ignorer leurs convictions de conscience d'un point de vue spirituel et psychologique en les punissant de ne pas les prendre. Un soldat, c'est être bon pour continuer. La ligne de front du champ de bataille implique une saine résilience spirituelle, mentale et psychologique, c'est-à-dire la capacité de rebondir après un traumatisme. Sinon, ils sont incapables de gérer pleinement le stress de la guerre en fonction de leurs caractéristiques respectives. Lorsque les soldats manquent de résilience, ils sont des candidats de choix pour le TSPT, que l'on appelait autrefois "blessure morale". Et avant cela, les intervenants en matière de blessures spirituelles et de santé mentale et les aumôniers reconnaissent et acceptent que les questions de cœur, d'âme, d'esprit et de mental sont des variables clés dans la capacité physique d'un soldat à performer.

Harold Ristau:
Dieu nous donne une conscience pour contrôler notre comportement moral et éthique lorsque nous l'ignorons ou le contredisons. La culpabilité et la désillusion résultant de nos compromis en matière d'intégrité et d'authenticité se traduisent éventuellement, dans le contexte militaire, par de nombreux congés de maladie pour des raisons de santé mentale ou même des libérations professionnelles. La santé mentale et spirituelle d'un soldat est soutenue par trois variables : des valeurs fortes soutenues par la chaîne de commandement, la confiance en ce qu'ils sont et en ce qu'ils font, et la croyance personnelle en la mission, et le fait qu'ils sont individuellement importants dans le rôle qu'ils jouent dans la mission. Les soldats dotés d'une forte conscience ne s'en sortent pas bien mentalement et spirituellement dans la vie lorsqu'ils sont contraints, par exemple, de mener des guerres auxquelles ils ne croient pas. Les gens ne réussissent pas dans la vie lorsqu'ils sont obligés de se comporter d'une manière qui contredit leurs convictions. Et vous pouvez demander à n'importe quel professionnel de la santé mentale honnête quel est l'impact de ces vaccinations obligatoires sur la santé mentale globale des militaires. Dans ce contexte, les membres n'ont pas été autorisés à obtenir des conseils lors des délibérations sur l'éthique de ces injections. Qu'est-ce que je veux dire ? Horriblement, les aumôniers des FAC avec lesquels j'ai servi pendant 11 ans se sont vus interdire de remplir leur mandat consistant à guider les membres à travers ces questions religieuses, éthiques et morales, qui sont encore une fois des actes essentiels pour garder ces membres mentalement et spirituellement en forme.

Harold Ristau:
En octobre 2021, dès que les injections obligatoires ont été déployées et que les soldats ont commencé à avoir une crise de conscience et à être en détresse morale, le gouvernement a interdit aux aumôniers de fournir des recommandations, des directives ou des conseils sur les accommodements religieux pour le refus de se faire vacciner. Pour être clair, un élément clé du mandat des aumôniers est de faire des recommandations à la chaîne de commandement et de conseiller les membres sur les questions d'éthique, de moralité et de conscience. Leur interdire de le faire, ne serait-ce qu'une minute, revient à empêcher le médiateur ou une commission d'éthique de faire leur travail. Outre le fait qu'il s'agit d'un abus de conscience des aumôniers et d'un manque de professionnalisme systématique, on peut dire que c'est un ordre illégal. Désormais, les membres qui mettent en doute la moralité et la sécurité des injections ne sont autorisés à faire des demandes d'exemption que pour deux raisons : médicale et religieuse, et aucune autre raison lorsqu'il s'agit d'exemptions médicales. Bien que cela n'ait guère de sens comme moyen d'éviter le coup de poing, car la plupart des membres ne peuvent pas servir à moins d'être en pleine forme physique. Il ne restait donc que l'option religieuse, ce qui signifie que les personnes non religieuses n'étaient pas autorisées à suivre leurs convictions de conscience ou d'éthique et de moralité. Ainsi, les personnes spirituelles mais non religieuses, et même celles qui n'avaient aucune spiritualité, ont été systématiquement discriminées dès le départ. J'aimerais que tout le monde croie en Dieu, mais je ne traiterais jamais différemment quelqu'un qui n'y croit pas.

Harold Ristau:
Et c'est mal et illégal de donner, disons, à un athée, aucune autre possibilité de ne pas prendre l'avertissement. Nous avons donc l'exemption religieuse comme moyen, le seul moyen de ne pas recevoir cette piqûre. Cette voie ne concernait que ceux qui pouvaient d'abord démontrer qu'ils étaient des membres actifs d'une religion ou d'une confession reconnue au Canada, par exemple les aumôniers. Maintenant, savez-vous combien d'aumôniers ont été approuvés par la branche des aumôniers à deux aumôniers ? Cette démarche furtive est donc scandaleuse, compte tenu du lien troublant entre l'avortement et toutes les options de vaccination. Environ la moitié des aumôniers sont membres de confessions et de religions qui défendent des positions pro-vie, ce qui signifie que nombre de ces aumôniers ont été contraints de contredire leur conscience. Ceux qui n'ont pas succombé à la tentation du jabot ont perdu, leur emploi a été supprimé ou ils flottent dans le système sans véritable emploi. Si les aumôniers ne méritaient pas d'accommodements religieux, quelles étaient les chances des membres réguliers ? Et donc pratiquement aucun n'a reçu ces exemptions, la voie de l'exemption religieuse. C'était une farce absolue. Pour aggraver les choses, les aumôniers qui sont compréhensifs à l'égard des demandes d'accommodement religieux ou qui ont émis des signaux d'alarme en raison de la science ou de leur conscience ou de l'éthique du CAF sur le sujet ont été persécutés ou retirés de leurs unités. Les membres qui ont ensuite demandé un accommodement religieux ont vu toutes les cartes empilées totalement contre eux par les aumôniers qui sont largement censés ne pas soutenir les demandes d'accommodement religieux.

Harold Ristau:
En fait, la plupart des gens ont été empêchés de faire ces demandes avant d'effectuer les démarches administratives. Maintenant, ceux de Chaplin ont finalement été autorisés à faire des recommandations pour ou contre les exemptions religieuses, mais seulement en fonction d'un outil d'évaluation strict et risible. N'oubliez pas qu'avant le COVID, n'importe qui pouvait obtenir des exemptions pour pratiquement n'importe quoi sur la base de ses croyances sincères. La charte canadienne protège ces croyances. Eh bien, jusqu'à ce que le COVID se produise, la notion indiscutable de croyances sincères était remise en question par quiconque prétendait les avoir. Par exemple, on demandait essentiellement aux aumôniers de décider si la croyance sincère d'un membre était assez sincère, assez forte et assez forte. Ainsi, les fonctionnaires du gouvernement, qui avaient en grande partie des préjugés en faveur des plans, ont dû décider du degré de validité de la croyance du demandeur. Non seulement cela, mais selon l'outil d'évaluation rigide fourni à Chaplin's, qui a été soigneusement orchestré par les fonctionnaires du gouvernement pour rendre une demande d'exemption religieuse aussi difficile qu'humainement possible. L'aumônier devait également décider si l'église, la dénomination ou la religion à laquelle le membre appartenait avait des raisons valables d'avoir ses croyances. Donc, en fin de compte, le gouvernement du Canada jugeait si l'enseignement de l'église était raisonnable conformément ou dans la mesure où il s'alignait sur le récit des médias grand public de l'époque dans le message de Big Pharma. Les dénominations chrétiennes enregistrées ont été signalées comme n'étant pas crédibles et ne devant pas être prises au sérieux si leur position ne soutenait pas pleinement le mandat de vaccination.

Harold Ristau:
Et j'en ai été personnellement témoin dans ma propre dénomination luthérienne orthodoxe. À un moment donné dans cette folie, nous avons été classés dans la catégorie des cultes religieux et même des talibans pour ne pas avoir soutenu pleinement les vaccins. En bref, les membres qui ont demandé une exemption religieuse en dépit de leur appartenance à des églises historiques n'ont eu aucune chance d'obtenir une exemption religieuse parce que la validité de leur corps ecclésiastique a été remise en question pour la première fois dans l'histoire du Canada. Croyez-le ou non, les églises pro-vie qui n'avaient pas de politique vaccinale en place et qui ont entendu parler de cette idiotie avant le COVID ? Ils ont été initialement rejetés car ils n'avaient aucune raison de s'opposer aux injections. Quelle insulte absolue à l'intégrité des églises et des religions canadiennes. Pourtant, les aumôniers qui s'y sont opposés ont été immédiatement réduits au silence. En résumé, les aumôniers ont été mis sous pression pour s'abstenir de toute discussion morale, éthique ou religieuse sur cette injection controversée. Au lieu de cela, on leur a demandé de fonctionner comme des inquisiteurs ressemblant à une inquisition médiévale, car ils devaient décider si les revendications de foi d'un militaire étaient valables et si leur église ou leur religion était valable. On leur a même demandé de juger si les membres mentaient sur leurs convictions religieuses en fouillant dans les détails de leur vie religieuse et spirituelle afin d'exposer toute hypocrisie et incohérence sous couvert de vérifier la véracité et la sincérité afin de pouvoir largement refuser leurs demandes, ce qu'ils ont fait.

Harold Ristau:
Très peu ont bénéficié d'une exemption. En fait, dans ces conditions, même mon Seigneur Jésus-Christ n'aurait probablement pas pu bénéficier d'une exemption religieuse. D'ailleurs, les commandants étaient plus raisonnables lorsqu'il s'agissait de faire passer en douce les dissidents importants et l'exemption, puisqu'ils ne voulaient pas encore perdre ces membres particuliers, beaucoup de leurs décisions étaient annulées par les autorités supérieures. En conclusion, ces vaccinations obligatoires ont fait perdre à notre nation certaines de ses troupes les plus courageuses et donc les meilleures, comme l'adjudant Top, dévoué et hautement décoré. Tu veux te battre avec des gars comme ça dans le trou ? Des soldats qui croient réellement à la bataille et à l'ordre, comme l'église estime le soldat ultime et emblématique. Je crois en Jésus-Christ qui a sacrifié sa vie de manière altruiste pour le plus grand des biens. Le veau cherche à former des soldats qui sont prêts à mourir pour leurs convictions, et ils ne le feront que s'ils sont respectés et si c'est volontaire. Sinon, ils peuvent, comme nous distinguerions une armée de mercenaires d'une armée normale si les gens sont forcés de faire des choses contre leurs convictions. Ainsi, interroger et violer leur conscience est la pire chose que l'on puisse leur faire sur le plan psychologique et spirituel. Maintenant, vous voulez certainement que les soldats suivent les ordres, mais pas aveuglément et sans conditions. car il est destructeur pour l'individu et pour la sécurité du pays. Je vous remercie donc de m'avoir invitée ici et de partager ce témoignage aujourd'hui.

Trish Wood:
Merci beaucoup. J'ai une très haute estime pour les aumôniers militaires et les Padres, alors…

Harold Ristau:
Merci, madame.

Trish Wood:
Ouais, nous sommes vraiment à court de temps maintenant, donc je vais demander au panel s'ils ont quelque chose de super urgent pour le padre.

Preston Manning:
Une question s'impose : ce que vous avez décrit semble être une violation du droit fondamental à la liberté de religion prétendument garanti par la Constitution. Y a-t-il eu des tentatives juridiques pour affirmer ce droit ou contester ces ordonnances devant les tribunaux au motif qu'elles violent la liberté de religion ?

Harold Ristau:
Non, pas que je sache. Pour reprendre les propos de mon ami Andrew. Il y a un climat de peur. Nous sommes habitués à obéir aux ordres, à suivre les ordres. Et franchement, comme aux premiers niveaux de votre chaîne de commandement, si vous contestez ces ordres, c'est une culture de, eh bien, ce qui est vraiment devenu de l'intimidation. Mais avant le COVID, il y a des mécanismes en place, encore une fois, par le biais des aumôniers. Les aumôniers sont en fait là pour aider le soldat sur le terrain qui doit lutter pour s'assurer que la justice est préservée, que son cas ou son cas est clair. Mais cela a été complètement arrêté au cours des derniers mois.

Preston Manning:
Alors peut-être que la racine serait quelqu'un de l'extérieur, de l'extérieur, l'armée pour contester cela et utiliser l'armée comme un exemple. Mais ce n'est pas l'initiative des militaires.

Harold Ristau:
Ce qui est intéressant, c'est que l'aumônier se tient à l'extérieur du terrain de parade. Donc nous sommes en fait censés être cette personne. Nous – je veux dire, dans certains endroits du monde, nous n'avons pas le système de classement et ainsi de suite, parce que nous sommes censés avoir accès à tous les niveaux de la chaîne de commandement afin de garder un pouls moral sur les autorités et d'être la voix de tous dans n'importe qui. Il s'agit donc d'une remise en cause absolue d'une partie cruciale de mon mandat, que j'ai essayé de souligner ici. Il n'y a donc plus aucun mécanisme permettant à quelqu'un sur le terrain de dire : "Je ne suis pas à l'aise pour prendre cette décision ou suivre cet ordre en raison de ma conscience. On vous dit en gros que vous allez passer en cour martiale ou que vous pouvez aussi bien démissionner à ce moment-là.

David Ross:
Padre, merci beaucoup. Vos commentaires sont très clairs. Ce qui m'est venu à l'esprit. C'est vraiment ce que vous décrivez ? Et je me rends compte que vous n'êtes qu'une personne qui témoigne, mais j'aimerais bien entendre quelqu'un donner l'avis de l'autre côté. Comme je l'ai mentionné précédemment, nous n'en avons pas beaucoup. Mais ce que vous avez décrit me semble être un manque d'intégrité généralisé au sein du commandement. Et et et je ne vois pas comment les commandants peuvent s'attendre à être respectés par les hommes enrôlés en faisant de telles choses. Auriez-vous une sorte de prescription pour remédier à cette situation ?

Harold Ristau:
Eh bien, je ne pense pas qu'on puisse. Il y a vraiment beaucoup à faire pour y remédier. Je veux dire, comme vous l'avez entendu plus tôt, je veux dire, le moral est au plus bas. Le recrutement est franchement risible. Les gens sont réticents à s'engager dans la FC avec ces conditions. Mais si vous devez exiger quelque chose comme un vaccin ou une vaccination, vous savez, vous ne retirez pas cela une fois que vous êtes déjà employé, vous ne mettez pas cela comme une condition et ensuite punir les gens pour avoir une difficulté avec cela. Il est donc logique de prévoir ces conditions au moment de l'inscription, ou avant que vous ne signiez sur la ligne pointillée. Mais même dans ce cas, insister sur un vaccin contre la fièvre jaune pour pouvoir servir au Moyen-Orient est une chose bien différente de ce que nous avons vu ici ces deux dernières années. Je pense donc que la seule façon de résoudre ce problème est la transparence à ce niveau. Quand vous ne traitez pas les gens comme des adultes, vous les préparez à une mentalité de mercenaire. Et cela, encore une fois, est très dangereux pour la sécurité nationale et pour leur propre santé mentale. Et cela s'applique aussi à la GRC et aux forces de police. Ils sont tous aux prises avec le même phénomène ou un phénomène très similaire.

David Ross:
Merci beaucoup. Je pense que vous avez exposé un domaine très important ici. Merci.

Harold Ristau:
Merci, monsieur.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including secure transcription and file storage, world-class support, automated subtitles, powerful integrations and APIs, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email