Transcription – French – Irvin Studin

06. Irvin Studin.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

06. Irvin Studin.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Speaker1:
Je suis un étudiant urbain. Je suis président de la Commission mondiale pour l'éducation de tous les enfants après une pandémie et président de l'Institut pour les questions du XXIe siècle. J'ai également édité un magazine appelé Global Brief. Sonia me demande de parler de la crise de l'éducation, qui, à mon humble avis, mon humble soumission à l'audience, est de loin la principale catastrophe humaine de la période pandémique. Je pense que les gens ne réalisent pas ce qui est arrivé à nos enfants. Du point de vue des systèmes, du point de vue des chiffres dans tout le pays. En effet, dans le monde entier. Ce qui s'est passé, c'est qu'en mars 2020, le monde a vu le plus grand mimétisme. Politique et action administrative, histoire humaine. Et je parle de la fermeture des écoles dans la plupart des pays du monde, sur tous les continents. Ce que nous n'avions pas réalisé, c'est que dès que vous fermez les écoles, même pour une journée, une catastrophe s'abat sur les enfants. Donc ce que nous avons, c'est que nous avons inventé le terme "enfants du troisième panier". Le troisième seau auquel les enfants font référence. Le premier seau était par contraste avec le premier seau qui est physique à l'école. L'expérience classique que nous avons tous vécue en grandissant. L'école virtuelle vers laquelle nous imaginons que la plupart des enfants ont basculé, du moins dans les pays avancés, une fois l'école fermée. Et puis le troisième seau, qui est, laissez-moi être clair, pas d'école du tout. Je ne parle pas de fétichisme, d'enseignement à domicile et de soutien scolaire aristotélicien. Je parle de pas d'école du tout. La condition d'Oliver Twist dickensifié dans le monde entier. Un demi-milliard d'enfants ont été chassés dans le troisième seau.

Speaker1:
Une fois que l'école a fermé et une fois qu'elles ont fermé en série pendant des périodes prolongées, un demi-milliard. C'est la taille de l'Union européenne. Au Canada, nous avons estimé à l'automne dernier que la Commission I lancée sous l'égide de notre institut, jusqu'à 200 000 enfants dans la troisième tranche à l'automne 2021. Nous ne connaissons pas les chiffres exacts aujourd'hui. Mais je veux être clair. Ces enfants ne sont pas du tout scolarisés et ils ne reviennent pas forcément à la réouverture des écoles, comme on l'imagine. Dans tous les cas, ces enfants auront des résultats bien plus médiocres que leurs homologues instruits ou correctement éduqués. Ils peuvent avoir été en grande section de maternelle, en cinquième année, en neuvième année, en douzième année. Ils étaient dans nos centres commerciaux, dans nos parcs et dans nos arènes de hockey. Il y a deux ans, on leur a fait ça. Comment cela se produit-il ? Dès que vous fermez les portes, une certaine proportion de la population n'a pas accès à l'internet. Très élevé en Asie du Sud ou dans certaines parties de l'Afrique et au Canada. Non négligeable : 1 à 6 % selon la zone et en augmentation avec le temps. C'est la base de l'éviction d'Internet. Et dans certaines communautés indigènes, jusqu'à 50 % d'entre eux ont des appareils instables, un accès instable, puis vous avez des foyers abusifs, puis vous avez des foyers dans lesquels il n'y a aucune maîtrise de l'anglais ou du français, que ce soit chez les enfants ou chez les parents. Ensuite, vous avez des enfants avec toutes sortes de handicaps, des difficultés d'apprentissage. Vous avez le gel du COVID. Nous avons des rapports sur la commission. Nous avons mis sur pied une commission qui couvre maintenant 60 pays et qui s'occupe d'enfants de la Colombie-Britannique qui restent assis dans les sous-sols parce que les parents étaient figés par la peur du COVID et ne voulaient pas envoyer leurs enfants dehors.

Speaker1:
Ils n'étaient donc pas éduqués, à toutes fins pratiques, dans la catégorie la plus dangereuse. Et c'est là que je crois qu'il y a eu une véritable commission de crimes politiques en matière d'éducation. Lorsque les écoles ont fermé, lorsque ce problème était déjà manifeste, c'est-à-dire que nous avons fait comprendre aux décideurs de ne jamais fermer les écoles, les cas les plus pathologiques dans la catégorie des collèges et des lycées, lorsque les enfants – et je dois souligner qu'il s'agit souvent de très bons élèves et d'enfants normaux, ils ne sont pas nécessairement pauvres et ne font pas l'école buissonnière. Les enfants du secondaire qui apprennent que les écoles sont fermées indéfiniment ou qui sont en ligne pendant des périodes prolongées n'ont aucun coût de sortie de l'éducation. Les frais de sortie consistent simplement à éteindre la salle de zoom et à sortir dans l'éther. Si vous dites aux enfants que les écoles sont fermées indéfiniment dans leur état mental, c'est l'état de la vie. Et il n'y a pas d'école à laquelle retourner. Donc, en avril 2021, en Ontario, qui contrôle 20 % de la population étudiante nationale, cela représente 2 millions sur 5. Les écoles ont été fermées sous l'imprimatur de la fermeture indéfinie. C'était l'articulation du premier ministre de l'époque. Pour un élève du secondaire. C'est tout. Un grand nombre d'entre eux seraient passés au troisième seau de façon permanente à ce moment-là parce qu'il n'y avait pas de proposition de retour, apparemment.

Speaker1:
Ces enfants allaient en 8e, 9e année, ils allaient dans l'éther. Personne ne saurait qu'ils sont sortis car tout est en ligne. Personne ne les cherche au moment même où ils sont jeunes. Le narcissisme exige que quelqu'un s'intéresse à sa condition. Et puis il n'y a pas de proposition de retour parce que personne n'est conscient qu'ils sont sortis. Alors on imagine qu'il suffit d'ouvrir les écoles et que les enfants reviennent. Mais les enfants ne sont plus à l'école depuis deux ans. Ils devraient être en dixième année, mais il est en huitième année. C'est tout. Dans de nombreux cas, à moins qu'il n'y ait une chorégraphie de retour sur mesure à laquelle je reviendrai. Ces enfants se débrouilleront très mal dans le monde post-pandémique, qui est bien plus cruel et économiquement plus pointilleux. Et n'en a pas besoin. Ils n'ont pas besoin d'enfants non éduqués ou sous-éduqués dans un climat bien plus rude. Le contraire est vrai. Nous avons besoin d'enfants très instruits, d'enfants qui ont reçu une bonne éducation, qui peuvent se débrouiller seuls dans des conditions bien plus cruelles. C'est ainsi que se comporte un pays intelligent. La catastrophe du troisième seau est donc la forme la plus pathologique de la crise de l'éducation. C'est celui qui m'a personnellement le plus offensé, et il m'a fallu beaucoup de temps pour l'accepter. Et je souhaite être clair parce que lorsque je dis que les enfants ne sont pas à l'école dans notre mentalité canadienne, nous ne pouvons pas imaginer ce que cela signifie. Qu'est-ce que tu veux dire ? Ils ne sont plus à l'école. Ils vont revenir, non ? Ils sont scolarisés à domicile.

Speaker1:
Et leur famille ? Je souhaite l'être. Définitivement hors de l'école. Pas d'école du tout. La scolarité obligatoire s'est effondrée. Ces enfants ont été laissés à eux-mêmes. La réponse, par le biais de la commission que nous avons mise en place, et qui réunit des Canadiens de tout le pays, de plus de 60 pays, des leçons apprises, y compris de pays qui n'ont pas connu cette catastrophe, est que nous devons, au cours de l'été, et nous aurions dû le faire il y a longtemps, faire du porte-à-porte dans tout le pays, de communauté en communauté, pour trouver ces enfants et les ramener par la main à leur niveau scolaire approprié et avoir une chorégraphie sur mesure du retour et des conditions scolaires et parascolaires. Beaucoup d'entre eux seront d'honnêtes citoyens, dont certains lauréats du prix Nobel. Mais si nous les laissons à leur propre sort, après les avoir évincés et je veux dire délibérément évincés, nous les laissons à une mort prématurée sur les chiffres, une condition misérable et une énorme nous attendons une énorme sous-classe dans cinq, dix ans de Canadiens manifestement non éduqués ou sous-éduqués qui déstabiliseront le Canada dans un avenir prévisible. Et nous l'avons fait. C'est donc inacceptable. C'est le troisième seau dans le deuxième seau et le premier seau qui est l'école virtuelle et physique. Plus jamais nous ne devrions fermer les écoles. En résumé. Pas même pour un jour. Pas même un jour de neige. Les écoles restent ouvertes. C'est ma ligne de fond. Nous travaillons sur un traité international pour garantir que les écoles que tous les pays ne ferment jamais les écoles à moins que. A moins que les Russes soient aux portes, ne fermez pas les écoles.

Speaker1:
C'est aussi existentiel que ça. Mais dans la deuxième et la première tranche, nous avons un énorme retard et une perte d'apprentissage parmi tous ceux qui ont été putativement scolarisés. Ce sont des pertes d'apprentissage inacceptables qui peuvent être rattrapées. Ils ont besoin d'être rattrapés par l'énergie, l'énergie, l'énergie, pas par des écoles zombifiées où l'on fait semblant d'être en sécurité et où l'on fait du théâtre. C'est, à mon avis, à ce stade, absurde. Nous devons ajouter des années supplémentaires si nécessaire. Nous devons nous assurer que les enfants sont prêts pour demain. Il ne s'agit donc pas seulement de dire que nous avons ouvert les écoles. L'école est revenue à la normale. C'est anormal dans tous les sens du terme. Le dernier point que je souhaite aborder en ce qui concerne l'enfance effondrée, la boxe et la sortie de boxe dont vous parliez. Je ne suis pas ici pour parler spécifiquement de la vaccination. Je n'ai aucune religion sur la vaccination. Ce qui s'est passé pour les jeunes dans le cadre de la manie de la vaccination qui s'est emparée du pays au cours des 18 derniers mois, c'est qu'il existe une catégorie évidente de jeunes qui ont été enfermés dans des situations sociales perverses. On a fait pression sur eux pour qu'ils prennent un vaccin qui présentait des signes évidents de dangerosité pour eux. Je parle des jeunes hommes avec un risque de myocardite. Il s'agit de statistiques publiques de Santé publique Ontario et de Santé publique Canada. Et s'ils refusent de l'accepter, ils ont été exclus d'activités qui auraient été tout à fait accessibles lors de toute bonne journée canadienne. Tu veux être un joueur de football, tu joues au football.

Speaker1:
J'ai joué au football à très haut niveau, mais aujourd'hui, j'aurais été mis hors-jeu ou j'aurais été mis hors-jeu pour assumer un risque inacceptable avec le sourire. Veuillez donc assumer ce risque. Il n'y a pas d'avantage particulier pour vous, mais vous devez le faire. Elle l'est. C'est la règle. Alors que nous avons levé les mandats de manière punitive, il y a un far west de la vaccination et du masquage, mais surtout de la vaccination qui est encore perverse. Dans tout le pays, les décideurs ont oublié qu'une fois le vaccin levé, il faut aller d'institution en institution et dire stop. Mais ils ont continué proprio motu et continuent à faire pression sur ce groupe démographique particulier qui est manifestement vulnérable, une pression perverse pour simplement agir. Donc ces enfants mis à l'écart continuent et vous imaginez dans le contexte de l'éducation effondrée. Maintenant tu l'es. On les enferme, on les exclut de l'accès aux activités extrascolaires. Et cela continue, cela continue tout au long de l'été. Et pour moi, c'est une perversion inacceptable de ce qu'est une enfance canadienne digne de ce nom. Ce sont donc les enfants qui ont le plus souffert, et de loin. L'éducation a été le système le plus effondré. Et pour un avenir radieux, notre priorité numéro un est de loin de reconstituer et de fournir de l'énergie à ces institutions effondrées, de retrouver ces enfants, de rattraper leur éducation, et ensuite de libérer les portes, d'ouvrir les portes aux enfants canadiens pour qu'ils puissent profiter de l'enfance que, je pense, la plupart d'entre nous ont aimée au Canada. Merci beaucoup.

Speaker2:
Ok. Je vais m'ajouter au panel. Mais je n'ai pas… J'ai envie de te poser une question. Et tout ce que tu viens de dire ? Et c'est ainsi que tout cela était prévisible ? Avaient-ils réfléchi à ce qu'ils faisaient lorsqu'ils ont institué cette politique ? Je veux dire, auraient-ils dû savoir ? Il me semble clair qu'il va y avoir du mal. Alors, dans quelle mesure auraient-ils dû le savoir quand ils ont institué cette politique ?

Speaker1:
Je pense que la plupart des pays du monde ferment les écoles à la rentrée. Les fruits les plus bas. Et ils peuvent être pardonnés l'erreur initiale par la suite, c'était impardonnable. La deuxième série de fermetures et toutes les séries de fermetures ultérieures étaient un crime politique. Et si jamais j'en conjure le panel, j'en conjure les collègues et les citoyens à travers si jamais vous entendez quelqu'un. Encourager les gens à fermer les écoles ou les applaudir. Cela doit être fustigé avec la plus grande ferveur. C'est un crime politique manifeste une fois que j'ai terminé. Si je vais dans ma tombe et que je dis ça. Par ses efforts, au moins, il a fait comprendre que le reste du 21e siècle ne verra plus jamais d'écoles fermées parce que nous avons condamné un demi-milliard d'enfants à la misère. En Inde, par exemple, il y a 200.000.003 enfants du seau. Au moins, il peut être un excellent étudiant en physique en 12e année. Dès que vous fermez une école, Savita à Mumbai serait retournée dans son village et aurait été mariée. C'est une dynamique étrangère pour nous. Nay, c'est la même chose ici. Seulement dans des couleurs et des contours légèrement différents. Bien. Vous entrez dans la vie active après la huitième année. La neuvième année, parce qu'il n'y a pas d'écoles. L'école s'est effondrée. Il s'est vraiment effondré. Je l'ai vu chez mes propres enfants. Mais pour comprendre le troisième seau, il faut vraiment gratter. Est-ce que je vois ce que je vois ? Il m'a fallu trois mois pour accepter ce que je voyais, et il me faut encore deux ans pour expliquer dans notre mentalité canadienne ce qui s'est passé.

Speaker1:
Même pour les décideurs qui font la sourde oreille aux fermetures d'écoles. C'est seulement une semaine. C'est seulement une semaine, erven. C'est seulement une semaine. Non, ça ne l'est pas. C'est la mort. Donc il peut avoir été pardonné la première fois après ça ? Non. De nombreux pays, cependant, nous regardent comme si nous étions des martiens. Qu'est-ce que tu veux dire ? Vous avez 200 000 ou 300 000 enfants dans le troisième bac l'automne dernier ? Nous avons zéro. Vous allez manifester ? Nous marchons. Ils avaient des lois sur l'école obligatoire qui étaient solides. Le nôtre s'est effondré au point qu'un ministre de l'éducation ne doit pas être nommé. Nous disons qui veut ouvrir les écoles et nous voulons ouvrir les écoles. Vous voulez leur donner des vêtements ? Bien. On va les garder fermés. Médecin conseil en santé publique. Nous sommes applaudis en ligne partout. Merci de fermer les écoles. Et ils se surpassaient les uns les autres. D'autres écoles avaient un accès parfait à l'Internet. D'autres pays et de nombreux pays ont pensé plus systématiquement que le nôtre. Ils savaient donc qu'une fois ce seau fermé, il y aurait des fuites dans d'autres seaux et qu'ils devaient les fermer. Et enfin, à mon avis, les catégories préférées. De nombreux pays ont dit que nous avons connu bien pire. Les écoles restent ouvertes. Nous avons traversé des guerres et les écoles restent ouvertes. Vous savez, en Ukraine, les écoles sont à nouveau ouvertes dans la plupart du pays, sauf sur les lignes de front. Bien. Ce n'est rien. Nous gardons les écoles ouvertes sauf si des troupes étrangères sont aux portes. C'est une leçon essentielle.

Speaker2:
Quelle honte nationale. Je vais le remettre au panel.

Speaker3:
Irwin, merci pour ça. C'est une histoire tragique. Si finalement une enquête nationale indépendante est menée sur toute cette affaire. Votre commission ou votre groupe serait-il en mesure d'élaborer un projet de mandat si une véritable enquête était menée ? Il faut qu'il y ait un mandat et qu'il soit chargé d'examiner certaines questions spécifiques. Et l'une des choses qu'il devrait examiner est ce dont vous avez parlé. Seriez-vous en mesure d'élaborer le mandat qui lui impose d'examiner les impacts, les impacts spécifiques sur les enfants à travers le système éducatif ? Et deuxièmement, lui demander d'examiner quelles sont les mesures correctives à prendre pour faire face aux dommages qui ont été causés. Ce sont certainement deux choses que, si une commission de ce type est mise en place, elle devrait être chargée de faire, vous ou quelqu'un d'autre, d'élaborer un tel mandat.

Speaker1:
Merci pour la question. Certainement, je pense que nous les avons de facto. Nous ne sommes pas, cependant, dans les affaires de. Réprimander ou punir les coupables ou leur infliger une amende. C'est un effondrement total de la pensée nationale qui nous a conduit à cette situation et un effondrement continu de la pensée nationale. Nous ne sommes pas capables de penser au-delà de la prise de décision de surface. Nous ne sommes pas en mesure de voir les conséquences d'un tweet sur les systèmes. Nous serions donc heureux de rédiger ce document.

Speaker3:
Quelqu'un d'autre pourrait le pousser. Mais si vous pouviez rédiger les termes de référence. Et puis la seconde est une question de juridiction. Comme, comme vous le savez, on peut selon une loi, l'éducation est une responsabilité provinciale, pas une responsabilité fédérale. Cette fermeture des écoles était-elle uniquement une décision prise par les gouvernements provinciaux et les ministres provinciaux de l'éducation ? Ou bien y avait-il une pression d'Ottawa pour que cela soit fait ?

Speaker1:
Malheureusement, c'est une question centrale. Preston Ottawa n'en avait pas. Je ne veux pas m'impliquer du tout et je ne souhaite pas m'impliquer du tout dans les affaires de l'école. Lorsque notre commission, et j'ai toutes sortes de collègues dans l'ordre, ou lorsque notre commission a insisté auprès d'eux pour dire que c'est une catastrophe à vos pieds, c'est de la compétence provinciale, mais c'est d'une conséquence manifestement nationale, parce que ce sont nos futurs citoyens. Et je ne parle pas de quelques-uns. Les chiffres sont énormes. Ottawa doit donc prendre un intérêt national et Ottawa dispose de toutes sortes de leviers. Je ne suis donc pas ici pour débattre de la question de savoir si Ottawa a un rôle à jouer dans l'éducation. Ottawa a un rôle à jouer dans les calamités nationales. Il s'agissait de décisions prises au niveau provincial, dans la plupart des cas par les premiers ministres, le ministère de l'éducation, les ministres de la santé. À mon avis, cependant, de manière perverse, les médecins hygiénistes qui travaillent correctement au-delà de leurs compétences ont été des leaders accidentels dans de nombreux cas, fermant les systèmes en ligne et s'encourageant mutuellement, poussant arbitrairement et envoyant les enfants dans des endroits très sombres. Et ils ne comprennent toujours pas, parfois, ce qu'ils ont fait. Mais s'il y a un rôle pour la reconstitution des systèmes éducatifs, Ottawa a un rôle majeur. Il faut repenser la question pour garantir, par exemple, qu'il existe un devoir national d'éducation, et pas seulement un droit à l'éducation. Nous avons le devoir d'éduquer nos jeunes. Il ne suffit pas que Brian, à Aurora, ou Rebecca, à Halifax, disent qu'ils ont le droit d'éduquer quelqu'un. Nous devons, en tant qu'adultes, en tant que Canadiens du 21ème siècle, voir ce que nous avons fait. Oui. Ce que nous avons fait, c'est que nous avons le devoir, nous avons le devoir positif d'éduquer nos jeunes, de les préparer pour demain. Alors si le pourquoi, comme on dit en français. Mais mais mais mais peut-être pas.

Speaker3:
La décision d'agir est donc provinciale, mais comme vous le dites, les mesures correctives doivent être prises en raison de leurs conséquences nationales et les mesures correctives doivent impliquer le gouvernement national.

Speaker1:
100%. Et je peux ajouter, Preston, que c'est une tendance très canadienne de dire, calculons le nombre d'enfants qui se trouvent dans le troisième panier au cours des deux prochaines années. Et je dis : allons-y, allons-y, mais en même temps, allons-y parce qu'ils sont là et il y a une fenêtre temporelle dans laquelle on doit déjà les avoir trouvés, au-delà de laquelle vous comprendrez qu'un jeune de 13, 14 ans qui est déscolarisé pendant deux ou trois ans, il ne reviendra pas. Bien. Et à 12 ans, un enfant de 10 ans qui est déscolarisé pendant trois ans parce qu'on a essayé de comprendre combien de personnes sont déscolarisées ou quelle est sa condition est une stupidité inacceptable. Pourquoi cela arriverait-il ? Nous devons donc sortir et parler aux gens pour trouver ces enfants et les ramener.

Speaker2:
Irvin, merci beaucoup. Quelle présentation importante. Je suis bouleversé. Je veux dire, plus que d'habitude, j'en apprends plus avec vous sur les enfants qu'en deux ans d'émission où nous en parlons beaucoup. Alors, merci. Je dois vous demander d'affirmer également, si vous le voulez bien, que ce que vous dites est vrai au meilleur de votre connaissance. Très bien. Merci. Merci beaucoup.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including automated subtitles, transcribe multiple languages, automatic transcription software, share transcripts, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email