Transcription – French – Janina and Ryan Krienke

14. Janina and Ryan Krienke.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

14. Janina and Ryan Krienke.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Janina Krienke:
Aujourd'hui, nous sommes donc ici pour raconter comment notre fille, qui était une jeune fille de 14 ans en bonne santé, heureuse et active, participant à des compétitions de pom-pom girls, est passée en l'espace de trois mois d'un fauteuil roulant à une chaise roulante, s'évanouissant jusqu'à 65 fois par jour et dépendant entièrement de nous pour tout, y compris pour être nourrie. Ça a commencé par un spasme musculaire incontrôlable au milieu du dos. En trois jours, nous étions à l'hôpital des enfants. Les spasmes musculaires se sont développés du milieu du dos aux épaules, au cou, à la tête et aux bras. Là, nous avons reçu des soins d'urgence et on lui a diagnostiqué des tics. Elle a été libérée le même jour. À partir de ce moment, ses symptômes ont augmenté en volume et en gravité. Les tics sont devenus plus intenses. Elle avait des tics simples, puis des tics complexes, puis des tics vocaux ou des symptômes semblables à ceux de la Tourette en avril. Ces symptômes sont passés des tics à une fatigue extrême, au chaud et au froid, aux bouffées de chaleur, aux frissons, à une sensibilité extrême à la température, à la lumière et au bruit et à un sentiment général de malaise. Mme. Elle avait des douleurs thoraciques, des douleurs latérales, des douleurs abdominales, une faible fièvre constante et des tremblements importants dans les bras. Elle ne fonctionnait plus. Elle avait besoin de soins 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, y compris d'être nourrie.

Janina Krienke:
Le 16 mai 2021, nous l'avons emmenée aux urgences pour la première fois parce que nous pensions qu'elle avait en fait une crise cardiaque. Elle présentait tous les symptômes classiques d'une crise cardiaque, et alors que nous étions dans la salle d'attente de l'hôpital, elle s'est effondrée pour la première fois. Elle était surveillée. Des tests standards ont été effectués. Des tests sanguins ont été effectués. Rien n'est revenu. Hors de l'ordinaire qu'ils pourraient trouver. Elle a donc été libérée. Quatre jours plus tard, son pédiatre l'a admise à l'hôpital où elle a passé plus d'une semaine à subir des examens approfondis. On lui a fait passer une IRM, un EEG, un ECG, de nombreux examens sanguins et d'autres tests. À ce moment-là, encore une fois, ils n'ont rien trouvé. Elle a quitté l'hôpital en fauteuil roulant car elle s'effondrait désormais plusieurs fois par jour. Au cours des deux semaines qui ont suivi cette période, ses symptômes se sont de nouveau aggravés de façon spectaculaire. Elle s'effondrait jusqu'à 65 fois par jour. Elle perdait conscience pendant ces épisodes. Quand elle revenait à elle, elle était très confuse. Elle ne pouvait pas se rappeler où elle était. Son environnement est souvent ce que nous sommes. Elle a développé un tétanos ou un engourdissement dans ses bras, ses doigts et ses pieds. Ainsi, elle n'était plus. Je suis capable de marcher.

Janina Krienke:
Elle a lutté du 15 mars au 4 juin. Notre fille a été hospitalisée trois fois, a vu d'innombrables médecins. On lui a d'abord diagnostiqué, comme je l'ai dit, des tics. Mais lorsque ses symptômes ont dépassé les tics, ils ont diagnostiqué un trouble neurologique dysfonctionnel. Mais jamais on n'est capable d'expliquer pourquoi on a seulement proposé des médicaments. Nous ne l'avons pas accepté. Nous ajoutons donc notre propre coût financier. J'ai commencé à consulter des cliniques privées, l'une d'entre elles étant un médecin spécialiste des voies naturelles. C'est en fait ce naturopathe qui nous a mis en contact avec une autre famille qu'il a vue et qui avait une fille présentant des symptômes similaires. Nous avons partagé des histoires avec cette famille en avril et sommes restés en contact avec elle. Le 2 juin, j'ai reçu un autre appel de la mère de cette fille. Elle nous a dit qu'elle avait été orientée vers une clinique d'élevage privée et qu'elle y avait emmené sa fille. Là, on lui a diagnostiqué une condition appelée hypocapnie. Après deux séances, ils ont senti qu'ils voyaient des différences positives pour la première fois dans leur parcours de santé. Après cette conversation, j'ai raccroché le téléphone et j'ai parlé à mon mari, Ryan, et je lui ai dit : "Qu'est-ce que tu en penses ?". Est-ce que c'est quelque chose que nous devrions essayer ?

Ryan Krienke:
À ce stade, les mots exacts que j'ai adressés à ma femme étaient les suivants : notre fille ne sera peut-être pas avec nous l'année prochaine à ce moment-là, nous devons donc essayer. Et ma femme est entrée, heureusement, deux jours plus tard dans cette salle de respiration privée pour respirer hors de Saskatoon. Elle l'a emmenée là-dedans. Ils l'ont branchée au respirateur. Son taux de CO2 était à 19. Ils veulent que le taux de CO2 d'une personne en bonne santé se situe entre 32 et 38. On lui a diagnostiqué une hypocapnie sévère. On lui a donné une exemption de masque à ce moment-là, et on lui a donné ses exercices de respiration pour commencer ce processus, le processus de guérison. Nous l'avons inscrite toutes les deux semaines à l'époque. Ce qu'on a trouvé grâce à ce processus, c'est l'hypocapnie. C'était un processus de guérison lent. Il ne suffit pas d'enlever son masque, de faire des exercices de respiration et d'aller mieux tout de suite. Si elle a eu 50 pertes en juin, juillet, alors qu'elle est dans le processus de guérison, elles devraient baisser à 20 ou 30 août. Pour vous donner une idée de la lenteur du processus. Le mois d'août serait de 12 à 20. Septembre était en baisse dans une fourchette de 7 à 12. C'était donc un processus très lent pour en sortir. Les derniers symptômes qu'elle a eus au cours de son évolution ont eu lieu entre décembre et début janvier et nous n'avons plus eu de symptômes depuis. Donc, de février à mars, jusqu'à aujourd'hui. C'est un processus lent pour essayer de retrouver sa santé physique et sa santé mentale. Elle est allée à ses derniers entraînements de l'année. Nous allons à la salle de sport et elle aussi dans la journée. Nous avons remarqué que ce printemps, sa santé mentale s'est améliorée. Elle fait beaucoup plus de travail scolaire ces derniers mois, alors qu'elle en faisait très peu à l'automne et pendant l'hiver.

Trish Wood:
Puis-je vous demander, juste pour être clair sur ce que vous dites. Suggérez-vous que l'hypocapnie a été causée par le port du masque ou que l'hypocapnie l'a aggravée ? J'imagine que la question que je vous pose est de savoir comment vous faites le lien avec les masques. Et ensuite, je voudrais m'adresser au pédiatre du panel qui, j'en suis sûr, a quelques questions à poser.

Janina Krienke:
Ok. Donc notre fille, comme nous l'avons dit, aime les compétitions de pom-pom girls. Elle s'entraîne très dur pour ce sport. Elle a dû porter un masque pendant toute la durée de cette formation, soit plus de 20 heures par semaine. On nous a expliqué que le fait de faire un travail physiquement très exigeant tout en portant un masque causait des problèmes à Chloé. Développez un modèle de respiration qui la mettait dans un état d'hyper-respiration qui faisait baisser son CO 2.

Trish Wood:
Ok.

Ryan Krienke:
Une autre remarque que je voudrais faire, puisque nous sortons de cette période en janvier, les quelques fois où j'ai parlé au spécialiste du briefing, il était évident qu'il y avait un ratio très élevé de femmes clientes par rapport aux hommes, et en particulier de jeunes femmes. J'ai donc demandé à ma femme quand elle partait en janvier, pour lui demander pourquoi. Elle a un taux élevé de clientèle féminine et en particulier d'adolescentes.

Trish Wood:
Ouais.

Ryan Krienke:
La réponse qui m'a été donnée est qu'en raison de leur cycle menstruel, leur niveau de CO2 est déjà abaissé. Cela rend donc les femmes plus susceptibles d'être masquées. Et en particulier, le cycle menstruel des jeunes femmes s'abaissera encore plus au cours de leur cycle menstruel que celui d'une femme mûre. C'est pourquoi nous constatons que les jeunes femmes sont touchées par le masque.

Trish Wood:
Susan.

Dr. Susan Natsheh:
Oh. Merci d'avoir partagé votre histoire avec Chloé. Et je le suis. Je suis très heureux qu'il semble y avoir une certaine amélioration dans ce domaine. Je dois admettre que c'est un sujet nouveau pour moi. Très intéressant. Je suppose que je suis simplement curieux de savoir comment vous avez été traité par l'ensemble des professionnels de la santé lors de vos visites et comment Chloé s'est sentie.

Janina Krienke:
Nous avons toujours, depuis le début, eu une transparence totale avec tous les médecins de Chloé. Nous leur avons dit à chaque personne à qui nous avions amené Chloé pour voir ce qu'ils disaient. J'ai pris tous les dossiers de Chloé chez ce thérapeute respiratoire, tous les graphiques de son CO deux pendant les activités, et je leur ai demandé d'affirmer ou de nier ce diagnostic. À ce jour, aucun de nos médecins et Chloé a vu plusieurs spécialistes s'accorder sur le fait que Chloé a ou avait une hypocapnie et sur sa cause. La seule chose que notre système de santé public, tous les spécialistes y compris, voulaient faire était d'essayer de la soigner. Avec et les médicaments étaient pour l'anxiété pour essayer d'aider à l'un d'eux était comme un relaxant musculaire pour essayer d'aider avec les symptômes de tic. Et puis l'autre, c'était juste parce qu'elle commençait à avoir très peur de ce qui arrivait à son corps, pour gérer physiquement cet aspect mental. Je ne pense pas, en toute honnêteté, qu'elle ait reçu une quelconque aide. Elle a été renvoyée. Elle a une exemption de masque. Pendant tout ce temps, elle s'est vu refuser l'accès à des spécialistes sous le couvert du COVID. Nous avons donc dû faire de nombreux appels Zoom chez les médecins. Et à la fin de tout cela, je dois dire que Chloé est très forte et qu'elle a dit : si je ne suis pas importante et que mon état n'est pas assez important pour être vue en personne, pour avoir un diagnostic correct et un dialogue avec mon médecin, je ne veux rien savoir.

Trish Wood:
Je pense que beaucoup de gens ressentent la même chose à propos du fait de ne pas pouvoir voir leur fille en personne de nos jours. Donc, elle va mieux. Son avenir est en vue.

Janina Krienke:
Chloé va lentement mieux. Elle continue à penser que physiquement, elle va très bien. Mais pendant cette période, bien sûr, elle a beaucoup souffert sur le plan psychologique et émotionnel. Nous continuons donc à suivre la voie de la guérison, mais j'ai bon espoir qu'elle pourra redevenir la personne qu'elle était ou qu'elle veut être.

Trish Wood:
Eh bien, merci beaucoup de faire ça. Et bonne chance à toi et à Chloé. C'est une information que je ne connaissais pas, alors merci. C'est très instructif.

Janina Krienke:
Merci.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including secure transcription and file storage, world-class support, automatic transcription software, share transcripts, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email