Transcription – French – Leslie Smith

27. Leslie Smith.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

27. Leslie Smith.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Leslie Smith:
Donc je suis un avocat. Je suis avocat en Ontario depuis 34 ans. L'année dernière, j'ai démissionné de la Cour des petites créances. J'ai été juge adjoint pendant 17 ans. Je suis un médiateur, un arbitre aussi. J'ai donc passé toute ma vie professionnelle dans ce grand métier qu'est le droit. En avril de cette année, j'écoutais par hasard un podcast de John Carpay, du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, qui commentait un article paru dans le journal La Devoir de Montréal. Et dans cet article, le juge en chef de la Cour suprême du Canada a publié des déclarations qui démontrent vraiment, je crois, son impartialité ou sa partialité, devrais-je dire, et son parti pris contre les camionneurs. Et donc je faisais partie d'un groupe. Je fais toujours partie d'un groupe d'avocats. Et j'ai lancé l'idée à ce groupe en avril que nous devions vraiment déposer une plainte auprès du Conseil canadien de la magistrature, qui supervise les juges sous réglementation fédérale, y compris le juge en chef, parce que j'ai estimé que c'était une parodie de voir le plus haut juge de ce pays faire preuve de ce que je considère et de ce que la loi considère comme un parti pris contre les camionneurs et le convoi des camionneurs. Et donc j'ai reçu un certain soutien pour ça. Et j'ai dit, écoutez, si personne d'autre ne veut signer son nom sur cette plainte, je suis vraiment d'accord avec ça. Je vais le faire seul. Mais il s'est avéré que nous étions 13, moi y compris, et nous avons travaillé sur cette plainte, que j'ai déposée en mai, et j'ai pensé que je pourrais juste passer en revue certains des commentaires et aborder très brièvement ce que la loi dit réellement. Mais. La Cour.

Trish Wood:
Je peux juste vous demander avant de continuer.

Leslie Smith:
Ouais.

Trish Wood:
Qu'est-ce qu'il a dit ? Ouais, c'était, c'était oh, OK.

Leslie Smith:
Tu vas y arriver, Trish. Merci. Ok, merci. Merci beaucoup. Au fait, je suis un grand fan de votre émission.

Trish Wood:
Oh, merci.

Leslie Smith:
Oui, je l'écoute tout le temps. Ok. Les commentaires contestés du juge en chef au journal leader étaient donc les suivants, et je ne les lirai pas tous, mais je vais lire quelques citations. Donc ici, il parle du convoi de camionneurs. Il déclare : "Ce que nous avons vu récemment sur la rue Wellington, ici, c'est le début de l'anarchie, où certaines personnes ont décidé de prendre d'autres citoyens en otage, de prendre la loi entre leurs mains et de ne pas respecter le mécanisme. Je trouve que des coups de force inquiétants contre la justice d'État et les institutions démocratiques comme ceux portés par les manifestants aux portes du Bureau du Premier ministre, du Conseil privé, du Parlement, de la Cour suprême du Canada et de la Tribune de la presse entre le 28 janvier et le 1er février doivent être dénoncés avec force, et ce par toutes les figures du pouvoir dans le pays, déclare le juge en chef. Et il a qualifié certains des participants au convoi de camionneurs de personnes téléguidées cherchant à contourner le système politique. Et il aurait dit : "Ça ne m'inspire pas de bons sentiments". Je trouve ça inquiétant. Il poursuit en disant que nous devons protéger notre démocratie dans ce pays, etc. Donc, l'essence de ses mots et d'ailleurs, il est un citoyen canadien. Il a des protections de la charte. Il a le droit d'avoir ces commentaires.

Leslie Smith:
Ce qu'il ne devrait pas faire en tant que juge nommé par le gouvernement fédéral, c'est exprimer ces opinions alors qu'il est très raisonnable de supposer que certains de ces cas qui contestent l'invocation de la Loi sur les urgences, ce qui s'est produit pendant le convoi de camionneurs. Certaines de ces affaires pourraient bien se retrouver dans son tribunal. Et donc ce que nous avons, ce que nous avons fait valoir à travers la jurisprudence et d'autres choses, c'est que nous semblons avoir un juge en chef qui a déjà prédéterminé ou préjugé si oui ou non la Loi sur les urgences aurait dû être invoquée. Et c'est l'objet même de plusieurs procès qui ont été intentés devant la cour fédérale et qui pourraient, vous savez, remonter jusqu'à la Cour suprême. Et donc. Le groupe d'avocats auquel je participais était tout aussi passionné que moi par cette question, car lorsqu'un juge d'une juridiction inférieure fait des commentaires ou adopte un ton ou un comportement qui pourrait amener une personne raisonnable à croire qu'il est partial. Ils peuvent faire appel. Ils peuvent faire appel à la révision judiciaire au niveau supérieur. Mais quand il s'agit du meilleur juge du pays, il n'y a plus rien à faire. Et donc le problème quand on fait des remarques de ce genre, c'est que cela sape l'apparence d'indépendance du pouvoir judiciaire.

Leslie Smith:
Cela sape la confiance du public dans le système judiciaire, d'une manière générale. Et donc nous avons lancé cette plainte. Les gens m'ont demandé, qu'est-ce que vous voulez voir arriver ? J'ai, j'ai très spécifiquement dit, je, je ne veux pas dire au Conseil Judiciaire comment traiter cette affaire. Ils ont leurs processus. Ils vont s'en occuper. Et quelle que soit la manière dont elle est résolue, ce n'est vraiment pas de mon ressort. Mais j'ai senti que ce que nous devions faire était de porter cette plainte. Alors on a écrit ça très dignement, poliment. Nous remercions le juge en chef Wagner pour son service, son excellence. Mais nous sommes très préoccupés, en tant que groupe d'avocats, par la publication de tels commentaires dans un journal. Nous pensons que ces commentaires n'auraient dû être publiés nulle part. Il est certainement libre d'avoir une conversation avec ses amis ou sa famille, mais il n'aurait vraiment pas dû faire ces commentaires. Et nous ne l'étions pas non plus. Nous ne disons pas que nous sommes en désaccord avec ce qu'il a dit. Nous disons simplement qu'il n'aurait pas dû faire ces commentaires parce que cela laisserait penser qu'il a déjà préjugé d'une situation qui, plus que probablement, va se retrouver devant son tribunal. Je vais donc m'arrêter là car vous avez peut-être des questions et je sais que nous avons dépassé le temps imparti ici. Donc.

Trish Wood:
Eh bien, je pense que l'autre question est, et ce n'est pas nécessairement une question juridique, mais quand quelqu'un qui est estimé dans la communauté fait un commentaire comme ça, il a beaucoup de poids, n'est-ce pas ? Et on pourrait espérer qu'il soit un peu plus prudent à l'avenir sur ces questions, en dehors du fait qu'il entende ou non une affaire impliquant les camionneurs. Mais je vais laisser la parole au panel. Je suis sûr qu'ils ont de bonnes questions à vous poser.

Preston Manning:
Ouais. Leslie, est-ce qu'une partie du problème ici n'est pas le juge en chef, le président ou le juge ? Oui, juste le tribunal.

Leslie Smith:
Oui, il l'est. Il est le président du Conseil canadien de la magistrature. Et donc dans le sur le sur leur site web, ils ont un un toutes les règles d'éthique. Et son nom est en bas de la page. C'est un peu embarrassant. Je pense.

Preston Manning:
Donc. On lui demande de porter un jugement sur lui-même, ce qui est peu probable.

Leslie Smith:
Eh bien, oui, il y a un processus, il y a une enquête, il y a une investigation, il y a un panel qui est formé et ainsi de suite. Ils ont donc une procédure de plainte à plusieurs niveaux. Tu sais quoi ? C'est pourquoi il est impossible pour nous de dire qu'il devrait être démis de ses fonctions ou qu'il devrait se récuser lorsque ces affaires se présentent. Parce que je pense que c'est mieux de laisser ça entre leurs mains et qu'ils doivent s'en occuper.

Preston Manning:
N'y aurait-il pas une autre façon d'aborder la question, pour faire valoir, et peut-être que je me trompe, que si cela se produisait aux États-Unis par un membre de la Cour suprême des États-Unis, il y aurait une action de mise en accusation. Et le système américain a un moyen de mettre en accusation un juge en exercice. Il serait intéressant qu'un écrivain américain écrive l'histoire. Et si cela avait été fait aux États-Unis ? Voici ce qui se serait passé. Elle ne dit pas nécessairement qu'il finira par être destitué, mais il sera soumis à une procédure de destitution, ce qui, pour un juge, est un événement très, très sérieux aux États-Unis. C'est peut-être une autre façon de faire valoir ce point. Indirectement. On devrait peut-être encourager quelqu'un à le faire.

Leslie Smith:
Je ne suis pas sûr que ce processus existe vraiment pour nous, mais… Mais vous soulevez un point de déduction, à savoir que les médias grand public n'ont pas repris cette histoire, à l'exception du National Post, parce qu'un membre de notre groupe a écrit un article, le professeur Bruce Partee a écrit un article sur le sujet, et il y a eu quelques mentions, mais pas dans les médias grand public. Donc, si quelque chose, je pense que nous devrions être. Si vous me posez la question, que devons-nous faire à ce sujet ? Je dirais alors que nous devrions peut-être envoyer la plainte à autant de journalistes que possible et leur demander simplement pourquoi ils ne couvrent pas cette affaire.

Preston Manning:
Et si les propos tenus en français pour Le Devoir.

Leslie Smith:
Ils l'étaient, oui. Et nous avons donc dû les traduire.

Preston Manning:
Ok.

Leslie Smith:
Merci. Oui.

Trish Wood:
Leslie, merci beaucoup. Nous sommes très, très reconnaissants. C'était super intéressant. En fait, je n'étais pas au courant de ça. Alors, merci.

Leslie Smith:
J'ai en fait envoyé à l'organisateur une copie de la plainte et demandé que tous les membres du panel en reçoivent une copie. Donc si vous voulez le lire, vous pouvez contacter Sonya. Je crois qu'elle pourrait vous aider.

Trish Wood:
Ok. Merci beaucoup.

Leslie Smith:
Merci beaucoup à tous. Bonne nuit.

Trish Wood:
Je tiens à remercier les panélistes, Preston Manning et Susan Natsheh, ainsi que David Ross et Sonya Anderson, qui ont organisé cet événement. Je me demande si quelqu'un veut dire rapidement quelque chose pour résumer ce que nous avons entendu aujourd'hui. Y avait-il un thème auquel vous pensiez pour l'un d'entre vous ?

Preston Manning:
Élaborer très bruyamment ou longuement. Comment ? Bouton ici. Mais je pense qu'il y a une constante dans tout cela : beaucoup de gens posent des questions raisonnables à des personnes en position d'autorité, et personne n'obtient de réponse, pas même de reconnaissance, ce qui, je pense, renforce l'argument selon lequel, en fin de compte, il doit y avoir une sorte d'enquête officielle où les personnes qui pourraient répondre sont assignées à comparaître et obligées de répondre.

Trish Wood:
Merci beaucoup. Nous serons de retour demain. A plus tard.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including collaboration tools, secure transcription and file storage, world-class support, transcribe multiple languages, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email