Transcription – French – Max Daigle

12. Max Daigle.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

12. Max Daigle.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Max Daigle:
Je suis le président du Système canadien de notification des événements indésirables. J'ai été blessé par le vaccin H1N1. En 2009, j'ai failli mourir. J'ai encore failli mourir il y a quatre ans, alors je suis toujours blessé. Je le ferai. J'ai vu beaucoup de gens qui l'étaient. Négligés qui ne faisaient pas partie de la conversation. Cela. Il n'avait pas de voix. Et avait la preuve et l'évidence. de ce que ces inoculations pourraient faire. Et. J'ai décidé de construire ce système. Ce système de rapport leur permet de partager leurs histoires et d'avoir des preuves pour contrer ce que nous avons entendu, ce que nous entendons depuis deux ou trois ans.

Trish Wood:
Donc vous parlez spécifiquement maintenant des vaccins COVID 19.

Max Daigle:
Exactement.

Trish Wood:
Alors dites-moi ce que vous avez construit et comment ça marche et ce que vous voyez.

Max Daigle:
Donc. Nous mettons en place un système où les gens peuvent nous rendre compte directement. Nous ne faisons pas de discrimination s'ils estiment avoir eu un événement indésirable. C'est à eux de décider si cela pourrait être ou si cela est. Nous ne faisons pas ce que les médecins praticiens ont fait et que nous avons vu, à savoir de la discrimination. Ils disent que ce n'est pas lié au vaccin COVID 19 sans même prouver que ce n'est pas lié et cela ne devrait pas être accepté. Et comme je l'ai dit, nous leur donnons une chance de faire un rapport s'ils pensent avoir été blessés. Ces personnes ont besoin que ces choses soient signalées. Il existe au Canada une loi appelée "loi de Vanessa", qui stipule que tout événement indésirable possible doit être signalé. Donc, si c'est possible, il faut le signaler.

Trish Wood:
Et c'est un questionnaire ou quelque chose comme ça ? Comment cela fonctionne-t-il si quelqu'un a…

Max Daigle:
C'est un formulaire. J'ai été formé par des gens qui travaillaient dans le secteur privé. Cela relevait directement de Santé Canada auparavant, pendant un certain nombre d'années. Nous nous sommes donc basés sur leur expérience pour élaborer ces formulaires. Et les gens se dénoncent eux-mêmes. Nous avons des facilitateurs d'admission en santé à travers le Canada qui les appellent et vérifient ce qu'ils disent, ce qui devrait être une pratique courante ici au Canada.

Trish Wood:
Je sais que Susan en particulier va vouloir approfondir ce sujet avec vous, mais je voulais juste poser une question avant de passer au panel. Et c'est que, vous semblez être conduit par une passion qui vous fait voir des choses qui ne sont pas bonnes. Est-ce que je vous lis correctement ?

Max Daigle:
Vous l'êtes. C'est pour moi personnellement. C'est un grand poids sur mes épaules. Vous savez, écouter ces gens, vous savez, être négligés, être diabolisés, être ridiculisés par vos familles, par votre famille. Les médecins, par le gouvernement. Il ne devrait pas l'être. Alors où ? Qu'est-il arrivé à l'humanité ? Pourquoi ne pouvons-nous pas nous en soucier ? Cela fait donc partie de tous les rapports que Chris a reçus. Ce n'est pas le cas de tous. Cela fait beaucoup de rapports et j'espère que cela aidera à refléter ce que nous avons vu au sein de CAERS à partir du test. Les personnes qui témoigneront ici ont été négligées, elles ont été blessées.

Trish Wood:
Je sais que tu voulais aller de l'avant.

Dr. Susan Natsheh:
Merci. Et merci, Max. I. Il s'agit vraiment d'une ressource précieuse pour les Canadiens. Je pense que c'était nécessaire depuis longtemps et que les gens demandaient quelque chose comme ça depuis un certain temps. Pouvez-vous me dire quand vous avez commencé la base de données du CAERS ?

Max Daigle:
Nous avons commencé par le retour du système de déclaration des événements indésirables du Nouveau-Brunswick. Nous l'avons lancé le 2 décembre et nous avons décidé de le lancer au niveau national à la fin du mois de février.

Dr. Susan Natsheh:
Donc c'est en février 2022 ? Oui, c'est ça. Donc vous avez déjà combien de rapports pensez-vous avoir en tout ?

Max Daigle:
Environ un millier.

Trish Wood:
Wow.

Max Daigle:
Et je pense que ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, car nous sommes tous des bénévoles, au sein de CAERS. Et il est très difficile d'atteindre toutes les personnes qui ont pu avoir un événement indésirable, et il y a peut-être beaucoup de personnes qui ont des symptômes qu'elles ne peuvent même pas relier, et qui sont peut-être liés à leur prise du vaccin COVID 19.

Dr. Susan Natsheh:
Quels sont les facteurs qui, selon vous, vous limitent ou vous empêchent d'obtenir davantage de rapports ?

Max Daigle:
C'est les ressources, la main d'œuvre. C'est le. Il s'agit de montrer qu'il existe un endroit sûr où l'on peut signaler un événement indésirable possible ou un événement indésirable. Il s'agit de savoir comment atteindre ces personnes.

Dr. Susan Natsheh:
Pensez-vous qu'il est rendu public ou censuré d'une certaine manière ? C'est probablement une meilleure façon de demander ça.

Max Daigle:
Eh bien, il y a une multitude de choses différentes, d'accord. Il y a des médecins de famille qui sont les premiers à devoir le signaler. Et ils ne le signalent pas. Certains d'entre eux pour des raisons peut-être différentes. Et ensuite, il doit aller à la santé publique locale. Si le médecin de famille décide de faire une déclaration, celle-ci peut être refusée, puis elle doit être transmise à la santé publique de la province ou du territoire, où elle peut être refusée. Elle doit ensuite être transmise au système de Santé Canada, où elle peut être refusée. Toutes ces choses devraient donc être signalées de la même manière, disons, au niveau du système même qui, vous savez, compte des chiffres de 1 à 10% qui sont signalés. Alors, quel est le véritable tableau ? Ne regardons-nous que la partie émergée de l'iceberg ? Quelle est donc la situation et quels sont les effets à long terme sur les personnes qui ont été blessées et sur les personnes qui, vous savez, portent peut-être des objets qui pourraient leur faire du mal plus tard ?

Dr. Susan Natsheh:
J'ai juste quelques questions très rapides. La première, cependant, est quel autre soutien vous avez dit que les gens appellent ceux qui sont blessés. Pouvez-vous expliquer en quoi consiste ce processus et quelle importance il revêt pour le système ?

Max Daigle:
Ainsi, lorsque les personnes soumettent un rapport, elles peuvent choisir d'avoir un entretien de suivi avec un facilitateur de l'admission à la santé au sein de CAERS, soit par courriel, soit par téléphone. Ainsi, s'ils choisissent d'avoir un entretien de suivi, ils choisissent cette option, laissent leur numéro de téléphone et leur adresse électronique, ou vice versa. Vous pouvez essayer d'établir un premier contact pour leur donner une chance d'être au moins validés parce que pour leur santé mentale, c'est une grande chose, vous savez, d'être laissés dans le noir, d'être ridiculisés par les médecins et le gouvernement et les médias et même les membres de la famille. Parfois, ces gens, tu sais, ce n'est pas bien.

Dr. Susan Natsheh:
C'est vrai. Et je n'étais qu'un seul. Avez-vous eu l'occasion d'examiner toute sorte d'avis d'ensemble qu'il y a des hausses ou des statistiques globales à partir des données que vous avez recueillies jusqu'à présent ?

Max Daigle:
C'est très difficile, parce que nous pensons que nous sommes tous volontaires. Bien. Et je suis sûr que vous le savez aussi bien que moi, il est difficile de sacrifier autant d'heures et d'essayer de trouver les bonnes personnes qui veulent faire les choses avec le cœur. Faites ce qu'il faut. Mais j'espère que nous pourrons trouver les bonnes personnes pour nous aider et CAERS. Pour montrer, vous savez, et aider ces gens et montrer au grand public que ces choses ne sont pas aussi sûres que ce qu'ils nous ont dit.

Dr. Susan Natsheh:
Merci, Max.

Max Daigle:
Vous êtes les bienvenus.

Preston Manning:
Max, tu peux recommencer ? Que faites-vous exactement de ces rapports pour essayer de le faire entrer au gouvernement ou à Santé Canada ? Quelle est la procédure à suivre après avoir reçu le rapport ?

Max Daigle:
Nous n'avons aucune possibilité.

Preston Manning:
Pas du tout ?

Max Daigle:
Pas du tout.

Preston Manning:
Si l'on devait créer une sorte de récepteur au sein du gouvernement, avez-vous des idées, à quoi cela ressemblerait-il ? Où serait-il situé ? Qu'est-ce que ce serait ? Parlez-vous d'un organisme de réglementation ou parlez-vous de la nécessité de créer un endroit où vos rapports pourraient se brancher, ce qui ferait une différence. Quelle forme cela prendrait-il ? Où est-ce que ce serait ?

Max Daigle:
C'est difficile à dire à une personne, non ? Parce que vous connaissez la communication. Vous savez, entre le gouvernement et le public, c'est parfois très divisé et il faut essayer de trouver un moyen de travailler ensemble avec le gouvernement. Ils n'ont pas l'air d'être sur ça. Nous devons nous adapter à cela. Donc. J'aimerais que ce soit le cas, mais j'espère que cette audition citoyenne contribuera à mettre en lumière le fait que ces choses doivent se produire. Il devrait y avoir une enquête nationale afin de découvrir la vérité et nous pourrions y travailler.

Preston Manning:
Pensez-vous que le premier niveau de ce dispositif de rapport devrait être le niveau provincial ? La santé étant d'abord et avant tout une responsabilité provinciale, une province d'abord, la fédération ensuite. Ou est-ce que c'est quelque chose qui devrait aller jusqu'au…

Max Daigle:
Je ne suis pas sûr que ça le soit. Vous savez, cela dépend de la loi est probablement juste, parce qu'il y a certaines lois qui s'appliquent au niveau provincial, municipal et fédéral. Bien. Nous devrions donc mener une enquête pour déterminer quelle est la meilleure façon de lancer ce processus.

Preston Manning:
Il s'agit donc d'une question que nous pourrions éventuellement aborder, à savoir quel type de récepteur est requis au niveau gouvernemental pour recevoir ce type de rapports. Oui, eh bien, merci pour ça. Vous êtes les bienvenus.

Dr. Susan Natsheh:
J'ai encore quelques questions, Max. Je me demandais quel genre de réactions vous avez reçues de la part des personnes qui ont utilisé le système CAERS.

Max Daigle:
Il y a beaucoup de gens qui font les entretiens de suivi et ils restent parfois une heure, une heure et demie au téléphone. Tu sais. Ouais. Ils sont très, très reconnaissants d'avoir une chance de parler à quelqu'un qui, vous savez, les écoute. Et, tu sais, prend soin d'eux.

Dr. Susan Natsheh:
C'est très important. Très, très important. Qu'en est-il de l'impact global sur les travailleurs qui reçoivent ces appels ? Quel genre de. Ce doit être un lourd fardeau pour vous tous. Elle l'est. Merci de l'avoir fait.

Max Daigle:
Bienvenue. Elle l'est. Tu sais, tous ceux avec qui nous sommes volontaires au CAERS. Ce sont tous des praticiens de la santé. Ils ont déjà vu des traumatismes. Et pour être honnête, ces deux dernières semaines, nous avons perdu des volontaires parce qu'ils ne pouvaient plus le faire. C'est ce qu'ils font pour vivre, écouter les gens en traumatisme. Et tu as juste. Ecoute juste. Ces histoires, elles sont juste. Tu sais, c'est les briser.

Trish Wood:
J'ai une petite question pour vous, car je sais que vous ramenez l'objectif à 30 000 pieds. Ils rendent obligatoire l'utilisation d'un vaccin dont les essais cliniques ont été tronqués, non ?

Max Daigle:
Correct.

Trish Wood:
On pourrait penser que la direction de la protection de la santé, qui réglemente la sécurité et l'efficacité des vaccins, vous appellerait. Est-ce que quelqu'un vous a déjà appelé d'une des agences de régulation pour vous demander ce que vous obtenez ? Qu'est-ce que tu vois ? Pouvons-nous voir vos données ? Quelqu'un aime ça ?

Max Daigle:
J'aimerais qu'ils le fassent, car s'ils étaient prêts à collaborer pour essayer d'aider ces personnes, je suis sûr que je le ferais. Mais pourquoi ne le font-ils pas ? C'est la question.

Trish Wood:
Ok. Eh bien, merci, Max, beaucoup d'avoir fait ça. Nous vous en sommes très reconnaissants.

Max Daigle:
Vous êtes les bienvenus. Juste un dernier commentaire pour les panélistes à l'intention des gens ici, les gens qui écoutent. Je lui ai demandé. Vous ouvrez vos cœurs. Vous écoutez ces gens. Écoutez avec votre cœur et soyez-en juge. Que se passe-t-il vraiment ? Merci.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including automated translation, transcribe multiple languages, powerful integrations and APIs, automatic transcription software, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email