Transcription – French – Myriam Boheimer

02. Myriam Bohemier, Richard Girgis.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

02. Myriam Bohemier, Richard Girgis.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Myriam Boheimer:
Je vais essayer de le faire en anglais autant que possible, car je pense que c'est plus fluide. Donc, tout d'abord, merci de me donner l'opportunité d'être là. Aujourd'hui, je suis très heureux de parler de cette situation qui est très importante pour moi. Je peux me présenter comme l'avocat des personnes sans armes, principalement en droit de la famille, mais aussi en droit du travail et en droit disciplinaire. Je prends la parole autant que je le peux, car ce qui se passe actuellement dans le domaine du droit est terrible. C'est très sérieux et cela me préoccupe beaucoup. Au Québec, en droit de la famille. Je dirais que les parents qui ont refusé que leurs enfants soient vaccinés contre le COVID 19 n'ont aucune infraction, aucune défense à offrir à moins qu'ils aient une contre-indication médicale, je dirais qu'ils ont moins de droits qu'un tueur en série dans une procédure pénale. Les tribunaux ne prennent en compte que la recommandation de santé publique, et ces recommandations ne font pas force de loi entre des parents qui ne sont pas sur la même longueur d'onde sur la question de la vaccination pour le COVID 19. De même, ceux qui sont considérés comme de bons parents ne le sont pas non plus. S'ils peuvent tester le fait que leurs enfants soient piqués, ils perdent une partie de leur autorité parentale ou de leurs droits d'accès à leurs enfants. Les que la garde d'eux et ils sont appelés par les juges et le jugement public comme complétistes signifiant les théoriciens de conspiration.

Trish Wood:
Je pense donc que je vais juste intervenir pour clarifier ce que vous dites, car c'est vraiment important. Vous dites que les juges, si je comprends bien, se comportent de manière punitive envers les personnes dans ces affaires de droit de la famille, car ce n'est pas le cas. Ils ne sont pas entièrement d'accord avec la politique de santé publique, quelle qu'elle soit, en particulier, je suppose, avec les vaccins dans ce cas. Mais donnez-moi quelques exemples de ce que vous voyez et entendez et comment cela s'exprime dans ces affaires, au-delà du jugement lui-même. Entendez-vous des propos spécifiques de ces juges qui vous font penser que c'est vrai ou qui vous permettent de dire que c'est vrai ?

Myriam Boheimer:
C'est en plein dans les jugements pour sûr. Ce ne sont pas tous les jugements qui disent cela, mais il n'y en a pas, sauf pour le jugement sous-jacent qui a été rendu en février. Il n'y a absolument aucun jugement favorable au Québec concernant les vaccins COVID 19. Ils ordonnent tous la vaccination des enfants. Et parfois ils parlent vraiment mal de leurs parents, parfois non. Mais nous voyons dans le jugement certains mots comme complétistes. Donc quelques théoriciens de la conspiration.

Trish Wood:
Alors ils les appellent les théoriciens de la conspiration. Est-ce exact ?

Myriam Boheimer:
En français, on dit "complétiste". Et en fait, en février, j'ai fait beaucoup d'affaires en droit de la famille. C'était comme le mois le plus sombre que nous ayons eu jusqu'à présent. J'ai fait appel deux fois et un de mes collègues a également fait appel. Il y a eu trois jugements rendus disant que les parents ne peuvent pas utiliser l'expertise pour montrer que pour contester leurs recommandations de santé publique. Ils ont été obligés. Ils ont déclaré que les juges devaient suivre les recommandations publiques. Et ils ont dit ça pour contester leur recommandation publique. Et j'insiste sur les recommandations. Les parents devaient le faire. Il ne s'agissait pas d'affaires familiales, mais d'un débat de droit public. Mais normalement, un débat de droit public porte sur une loi et sur un règlement ou quelque chose comme ça, pas sur une recommandation. Donc c'est comme. Comme piéger les gens où faire quelque chose qui ne peut pas arriver. Et la loi a été établie par les juges eux-mêmes qu'ils n'iront pas à l'encontre des recommandations de santé publique. Donc c'est comme, damné si tu le fais, damné si tu ne le fais pas, tu n'as pas de sortie. La première chose que j'ai faite a donc été d'organiser une audition complète sur les mérites de ces questions importantes, car il s'agit d'une décision sérieuse. Vous ne pouvez pas annuler la vaccination des enfants contre COVID 19. Mais les tribunaux ont traité l'injection comme une urgence. Ils rendent donc principalement leurs décisions sur les ordonnances de sauvegarde. Donc dans ce type de. A comme procédure. Ils n'entendent pas les parents. Ils lisent juste les affidavits et ils décident. Et parfois, ils ont des documents. Et normalement les documents sont des recommandations de santé publique et le Facebook de leurs parents qui sont considérés comme des complices.

Trish Wood:
Bien. Mais je veux juste être clair. Ainsi, le parent qui ne veut pas de la vaccination ne peut pas présenter de preuves de dommages causés par le vaccin, de manque d'efficacité ou de statistiques montrant que les enfants en bonne santé n'ont pas de mauvais résultats à cause du COVID. Ils ne peuvent pas discuter des mérites de la vaccination elle-même. Non, c'est bon. Donc. Alors, c'est quoi les quoi ? Expliquez-moi encore une fois. Alors, qu'est-ce qui est présenté au tribunal ? C'est la ligne directrice de la santé publique. Et comment le parent non-vaccinateur peut-il lutter contre cela, alors sur quelles bases peut-il faire valoir son point de vue ? Leur attrait.

Myriam Boheimer:
Pas de défense du tout.

Trish Wood:
Aucun.

Myriam Boheimer:
Aucun. La seule chose qu'ils peuvent faire est d'obtenir les documents médicaux du médecin de famille de l'enfant. Et il est important de préciser qu'il s'agit du médecin de famille de l'enfant, car si l'on trouve un médecin qui est prêt à dire que ce n'est pas une bonne chose de vacciner l'enfant, si ce n'est pas le médecin de famille, le tribunal n'en tiendra pas compte. Ils ont donc besoin d'un. Un document du médecin indiquant que la vaccination n'est pas indiquée pour les enfants à vacciner, mais pour ces enfants spécifiques et pour une condition médicale. Donc ça veut dire. Ça veut dire. Cela. Je sais, de par mon expérience en droit disciplinaire, que les médecins sont assignés à s'exprimer contre les injections de COVID 19. Il est donc très difficile d'avoir un médecin qui écrive que ce n'est pas une bonne chose de vacciner les enfants, ce qui laisse les parents sans aucune défense. Et. que j'ai eu en février, j'ai pu avoir deux audiences complètes. Avec les parents présentant leur propre témoignage et le premier, le juge était très impatient. J'étais en ligne et mon collègue était au palais de justice. Ce palais de justice. Et j'ai donné beaucoup d'expertise contre le vaccin. Le vaccin, comme le docteur Byram, le document de Byram Bridle et Charles Baron et beaucoup de Dr Henrion-Caude. De nombreux documents, ainsi que des documents d'Amnesty International, parlent de la censure des médecins. J'ai donc donné beaucoup de documents de ce genre.

Myriam Boheimer:
Et le fait que la Suède ait refusé la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, des choses comme ça. Et l'autre avocat a dit au juge qu'elle s'opposait à ces documents et le juge lui a répondu comme si je ne l'entendais pas. Ne vous inquiétez pas, je ne tiendrai pas compte des documents provenant de l'extérieur du Canada et je ne tiendrai compte que des recommandations du public. Donc mon affaire était la dernière avant que je ne commence. Et puis j'ai eu une semaine pour préparer cette audience. J'ai pu trouver un médecin de famille pour témoigner sur l'injection de COVID 19. Mais le juge a refusé de reconnaître qu'il était un expert. Donc, si vous n'êtes pas reconnu comme un expert, vous ne pouvez pas donner votre avis. Et le juge a également contre-interrogé le médecin. C'était comme s'il demandait, c'est bien ou pas ? Dites-moi oui ou non. Il parlait aussi comme ça au docteur. Et il a également dit qu'il refusait de les reconnaître en tant qu'expert parce qu'il n'y avait pas de rapport dans le dossier indiquant que les règles de procédure n'avaient pas été respectées. Mais nous avions une semaine, et même si j'aurais pu faire un rapport, il n'aurait pas été communiqué à temps. Donc c'est damné si vous le faites, damné si vous ne le faites pas. Et ma stratégie était d'avoir quelques collègues pour être là parce que c'est à huis clos, huis clos, Richard.

Richard Girgis:
Oui, c'est une session fermée.

Myriam Boheimer:
Ouais. Mes collègues avocats ont donc pu être présents, mais aucun autre public. Et j'ai fait un peu appel de cette décision. Nous avions trois déclarations sous serment de collègues qui disaient que l'audience n'était pas équitable. Mais même si j'avais cela, mon appel a été refusé parce que j'aurais dû demander au juge de se récuser. C'est comme accepter l'injustice d'un procès parce que je n'ai pas demandé au juge de se récuser. De plus, il a répété que le juge a répété ce que la cour d'appel a dit en premier, à savoir que les parents ne peuvent en aucun cas faire un débat scientifique pour contester la vaccination ou le contexte, l'efficacité ou quoi que ce soit d'autre dans le cadre du COVID 19. La seule chose qu'ils pouvaient faire était de prouver que leurs enfants avaient une contradiction. Et ils ne voulaient pas mettre sur le dos des pauvres parents qui voulaient simplement suivre la règle. Un débat, un débat scientifique. Ils ont donc également dit qu'il s'agissait d'un débat de droit public.

Trish Wood:
Bien.

Myriam Boheimer:
Donc 3 jugements de la Cour d'appel.

Trish Wood:
On dirait presque que c'est une situation ingagnable dans le sens où c'est ce que vous dites. Je voudrais passer la parole aux membres du panel, car je suis sûr qu'ils ont des questions à propos de votre témoignage jusqu'à présent. Merci.

Preston Manning:
Eh bien, merci beaucoup d'avoir fait l'effort de nous parler. Je suppose que j'ai deux questions sur la première. Y a-t-il des références claires aux droits parentaux dans le droit québécois, dans le code civil, dans la charte ? Existe-t-il un endroit où les droits parentaux sont clairement définis ?

Myriam Boheimer:
Oui, il y a un article dans la Charte des droits et libertés du Québec qui dit que l'enfant a le droit d'envoyer une lettre à ses parents. A à à à son. A cette surveillance. Et les parents en prennent soin. Il y a aussi un article que nous appelons l'article concernant l'autorité parentale. L'autorité parentale concerne la prise, les questions médicales, éducatives. Toutes les questions importantes comme les questions religieuses concernant l'enfant et les deux parents ont l'autorité parentale. Mais que s'est-il passé sur les questions de vaccination ? Ils prennent une partie de l'autorité parentale à leurs parents qui contestent et ils ont donné une autorité exclusive à leurs parents à leurs parents qui veulent que leur enfant soit piqué en matière de vaccination. C'est pourquoi ils le font. Et parfois, ils perdent même la garde ou le droit de visite.

Preston Manning:
Ma deuxième question concerne le Québec, et elle s'adresse également à vous, Richard, car je suis heureux de vous voir participer à cette réunion, tous les deux. Existe-t-il un mouvement public protestant contre certaines de ces mesures onéreuses de protection de la santé ? Y a-t-il un mouvement public parmi les parents, le corps médical, les universitaires, les politiques, les syndicats ? Y a-t-il des signes d'une large protestation publique contre certaines des choses dont vous avez parlé ? C'est à chacun de vous de décider, en fait.

Richard Girgis:
Vas-y, Miriam. Je crois qu'elle est gelée.

Myriam Boheimer:
Bonjour ?

Trish Wood:
Miriam, tu nous entends ? Maire. Elle a l'air d'être gelée.

Richard Girgis:
Je pourrais commencer jusqu'à ce que la connexion soit résolue.

Trish Wood:
Allez-y.

Richard Girgis:
Je pense qu'au Québec, nous avons probablement eu l'un des plus grands mouvements de résistance par rapport au reste du Canada. Nous étions au Québec. De nombreux activistes et même certains politiciens et personnalités publiques ont été les premiers à sortir du bois au printemps 2020, protestant contre de nombreuses mesures en matière de vaccination. Bien plus tard, elle a continué. En ce qui concerne les mesures de santé publique en général, il y a eu un énorme mouvement de rejet. Il y a aussi des partis politiques qui ont gagné beaucoup de terrain. Au Québec, le Parti conservateur, par exemple, a gagné beaucoup de terrain, bien plus que ce à quoi on aurait pu s'attendre sans sa position sur la politique de santé publique COVID 19. Il y a également eu d'énormes protestations dans les rues. La mesure de couvre-feu a suscité des protestations. Il y a eu des protestations au sujet du masquage. Des protestations ont eu lieu à propos de presque toutes les ordonnances sur la santé publique qui allaient sans doute trop loin en termes de portée juridique et gouvernementale. Certaines de ces manifestations ont compté des dizaines de milliers de personnes. Et ils avaient lieu assez régulièrement. Mais encore une fois, ce qui s'est passé, je pense que c'est aussi le cas dans le reste du pays. Et toute forme de résistance était accueillie avec la même réponse.

Richard Girgis:
Miriam parlait de la façon dont les tribunaux se rangent automatiquement du côté des recommandations en matière de santé publique, en prenant note des recommandations en matière de santé publique et en n'acceptant pas d'entendre un discours plus large de la part des opinions dissidentes. C'était la même chose avec les médias grand public ? Et c'était la même chose avec la réaction du gouvernement lui-même. Ainsi, au Québec, non seulement le parti principal, mais aussi presque tous les autres partis d'opposition de l'autre côté de l'allée étaient assez unanimes. Et leur conclusion est que le mouvement de protestation est représenté comme le Premier Ministre Trudeau le dirait, comme une minorité marginale de théoriciens de la conspiration. En fait, au Québec, je pense que nous pourrions dire que les grands médias ont perpétué le plus grand préjudice au Canada dans la façon dont ils ont caractérisé les membres du mouvement et le mouvement en général, la façon dont ils ont été salaces dans leurs attaques, caractérisant les gens par toutes sortes de noms différents ; chaque mois qui passait, il y avait un autre nom ajouté à la liste de ce qu'ils pouvaient appeler les gens qui étaient en désaccord avec l'opinion publique, avec, je dirais, l'opinion publique actuelle.

Myriam Boheimer:
Je voudrais ajouter quelque chose à ce qu'elle a dit. Tout d'abord, je fais partie d'une organisation collective appelée Rien [ ?] COVID. Nous sommes 10000 personnes. Nous pouvons constater que presque tous les experts que nous pouvons avoir au Québec sont réduits au silence soit par les universités, soit par des mesures disciplinaires. Et nous avons essayé un nouveau. Et votre stratégie. Nous l'avons appelé. Nous l'avons dans un code de procédure civile. C'est ce qu'on appelle une poursuite [ ?]. Je pense qu'en anglais, c'est une procédure "slap p". C'est une procédure pour empêcher quelqu'un d'exercer sa liberté d'expression. C'est ce que nous essayons de faire dans les cas disciplinaires. J'ai commencé à l'utiliser dans les affaires de droit familial. Et hier, le juge a juste. Ensuite, parlez de cette question. J'ai un projet qui s'appelle la fin des enfants, la fin des enfants, parce que la Cour d'appel a dit trois fois que nous devions faire un débat public. J'ai décidé de lancer une injonction pour empêcher et prévenir la vaccination des enfants. J'ai de nombreux plaignants dans ma procédure. Je vais le commencer bientôt. Aussi, j'ai décidé de faire un documentaire sur cette procédure parce que je pense que nous ne gagnerons peut-être pas au tribunal, mais que l'opinion publique peut en quelque sorte gagner. Et je commence à changer le discours, à qualifier mes clients de complétistes et à le remplacer par des questions. C'est ce que nous remettons en question. C'est donc un très bon terme. Et j'ai commencé à l'utiliser dans les procédures. Et je pense que je ne connais pas encore les effets, mais je les verrai. Et nous sommes comme je peux le dire pour moi-même, j'ai été traité comme je le completiste devant un juge par un autre avocat, et le juge a dit qu'elle n'avait pas dépassé les limites. De plus, lorsque j'ai dit à un juge que nous étions dans le vaccin, le vaccin, le vaccin était dans le procès SC, elle m'a répondu que c'était mon opinion. J'ai dit : "Non, c'est écrit dans les recommandations publiques". Et quand j'ai dit à un juge que c'était une question de vol, de vie ou de mort, il a dit que j'exagérais.

Trish Wood:
Je pense donc que l'utilisation d'un langage péjoratif est une autre histoire dans l'histoire de COVID 19. Les membres du panel ont-ils quelque chose à ajouter avant que nous les laissions partir ? Oui.

David Ross:
Merci, Miriam, pour votre témoignage ici aujourd'hui, c'est vraiment, vraiment important. C'est celui du gouvernement. Politique selon laquelle les tribunaux doivent suivre la politique du gouvernement plutôt que la loi à tout moment. Avez-vous l'impression que le gouvernement du Québec pense que les lois devraient être totalement mises de côté en ce moment parce que leur politique est plus importante que la loi ?

Myriam Boheimer:
Heureusement pour le gouvernement du Québec. Mais il y a eu beaucoup d'affaires commencées et…

Richard Girgis:
Entrepris.

Myriam Boheimer:
Les mesures et la vaccination ont été prises. Mais rien ne l'était. Rien n'a été entendu sur le fond depuis deux ans. Rien. Et maintenant les avocats du gouvernement utilisent des motions pour rejeter la procédure parce que c'est une théorie. En ce moment, ils, ils, ils ont abandonné les mesures.

Richard Girgis:
Les mesures ont été abandonnées.

Myriam Boheimer:
Alors, oui. Donc à cause de ça, ils disent, oh, votre bien sûr n'est pas n'est plus bon. Nous verrons ce que le juge dira à ce sujet, qu'il y a eu une affaire. Où avez-vous réussi ? Le juge a décidé d'entendre quand même le fond de l'affaire. Mais il n'y a pas de date. Nous n'avons pas de dates sur le fond. De plus, je prépare une lettre concernant tout ce qui a été dit par le juge en chef Richard Wagner de la Cour suprême du Canada. Il a une politique depuis le 7 septembre qui stipule que tous ses juges doivent être vaccinés et que tout le personnel du tribunal qui entre dans la salle d'audience doit l'être également. Et il a fait beaucoup de commentaires sur le convoi et d'autres commentaires sur cette information encore. Et il a également dit que lors de la discussion sur le projet de loi C 11 qui a eu lieu au Parlement. J'écris donc une lettre à tous les juges en chef pour leur demander d'adopter leur propre politique concernant le COVID 19, car je me demande, et je ne suis pas le seul avocat à le faire, si les gens sont injustes ? Vous avez toujours le droit à un procès équitable et impartial. Nous posons cette question.

David Ross:
Mm hmm. Mm hmm. Je pense que c'est la bonne question à poser. Je me demande si le gouvernement du Québec souhaite que les personnes qui ne sont pas d'accord avec sa politique quittent le Québec et aillent vivre ailleurs. Parce que si le gouvernement dit que c'est notre politique et que nous donnons l'ordre aux tribunaux d'appliquer notre politique, alors il n'y a pas d'autre issue que de partir. Est-ce que vous avez l'impression que c'est le souhait du gouvernement du Québec ?

Myriam Boheimer:
Hum. Je ne pense pas qu'ils aient une politique directe sur les juges. Si c'est le cas, cela irait à l'encontre de l'indépendance de l'UE. Des tribunaux.

Richard Girgis:
Eh bien, Miriam, je voudrais juste ajouter une chose : ils soutiennent dans beaucoup de ces affaires que le pouvoir judiciaire ne peut pas se substituer aux décisions de l'exécutif, ce qui revient à dire que les tribunaux n'ont pas l'intention ou l'intérêt de décider de la législation ou d'agir d'une manière qui est essentiellement indépendante. C'est un problème.

Myriam Boheimer:
Et j'ai une inquiétude concernant la nouvelle loi sur la protection de la jeunesse qui dit qu'il n'y a plus de primauté. Oui, la primauté des parents. Donc, si quelqu'un ne veut pas que ces enfants soient vaccinés, il pourrait perdre ses droits sur ses enfants. Mais c'est plutôt que les enfants perdent leurs droits au profit de leurs parents.

Trish Wood:
Ouais.

Myriam Boheimer:
C'est que c'est complètement inversé. Je pense qu'ils ne regardent pas le fait que… Cette question fait du tort aux enfants.

Trish Wood:
Eh bien, je dirais aussi simplement que, étant donné que le droit de la famille est intrinsèquement lié à différents niveaux de conflit, ou peut l'être, la manière dont ces décisions sont prises ne peut qu'aggraver la situation. Je veux dire, comment co-parenter avec quelqu'un qui a forcé votre enfant à être vacciné alors que vous ne l'avez pas fait ? Je veux dire, comment avancer à partir de là ? Je ne le fais pas. Il doit y avoir un million d'histoires déchirantes qui sortent de ces affaires.

Myriam Boheimer:
Oui, c'est sûr.

Trish Wood:
Maintenant.

Myriam Boheimer:
Hmm.

Trish Wood:
Eh bien, merci à vous deux. Je vous suis très reconnaissant de votre expertise dans ce domaine. Merci.

Myriam Boheimer:
Merci. Merci. Passez une bonne journée. Merci de m'avoir écouté.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including secure transcription and file storage, advanced search, share transcripts, automatic transcription software, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email