Transcription – French – Next Steps Task Force: Shawn Buckley and Richard Girgis

Back to main page.

09. Panel -Lawyer Shawn Buckley, Fearless Canada’s Richard Girgis, and CAERS’ Max Daigle.mp4: Video automatically transcribed by Sonix

09. Panel -Lawyer Shawn Buckley, Fearless Canada’s Richard Girgis, and CAERS’ Max Daigle.mp4: this mp4 video file was automatically transcribed by Sonix with the best speech-to-text algorithms. This transcript may contain errors.

Preston Manning:
C'est vraiment la fin de cette audience. Et nous n'avons pas beaucoup de choses à dire à ce sujet parce que nous voulons examiner les transcriptions de cette audience en détail, parce qu'il y a eu beaucoup de suggestions, d'observations sur ce qui s'est passé et de suggestions quant à la prochaine étape. Mais j'aimerais juste vous lire trois choses possibles que nous pouvons faire et nous pouvons en discuter, ou il peut y avoir d'autres suggestions. Mais tout d'abord, je tiens à dire que l'intention est de donner suite à ces auditions. Il ne s'agit pas d'une opération ponctuelle. Espérons que c'est le début de quelque chose. Le premier point serait donc de partager les vidéos et les témoignages générés par les audiences du 22 au 24 juin, et d'essayer de s'en servir pour sensibiliser, pour stimuler le dialogue entre les Canadiens sur la nécessité de cette mesure. Et notez que pour beaucoup, sinon la majorité, les préjudices survenus étaient indépendants du vaccin. Les mandats de tous les méfaits que nous examinons sont beaucoup plus larges que cela. La première étape du suivi consiste donc à partager la vidéo et le témoignage générés par cette audience. La seconde est d'explorer les moyens de poursuivre les auditions des citoyens d'une manière ou d'une autre sur les effets négatifs des mesures de protection de la santé sur ces grandes catégories, sur la santé, sur d'autres aspects de la santé, sur les droits et libertés, sur les emplois et les revenus, sur les impacts économiques et sur les impacts de la chaîne d'approvisionnement.

Preston Manning:
Et l'un des moyens d'y parvenir est de maintenir et de développer le site web actuel de l'audition. Et une deuxième façon est de considérer si nous pouvons sponsoriser cela dépend en partie des ressources, peut-être des audiences virtuelles mensuelles d'une journée pour recueillir et communiquer plus de témoignages et plus de récits. Donc, s'il y a des gens, et nous savons qu'il y en a, qui ont regardé cette émission et qui se disent : " J'ai une histoire à raconter ", et je sais que beaucoup de gens ont des histoires à raconter. Nous vous encourageons à vous rendre sur ce site web et à dire que vous souhaitez le faire, car nous essaierons de mettre en place une sorte de mécanisme permettant de poursuivre ce processus d'audition de mois en mois. La troisième chose est de continuer à faire tout ce que nous pouvons et d'encourager les téléspectateurs et les autres participants à faire de même pour promouvoir la nécessité d'une enquête indépendante, nationale et non gouvernementale sur la gestion de la crise du COVID par le gouvernement.

Preston Manning:
Cette audition citoyenne a été mise en place en partie comme une démonstration. C'est le genre de chose qui pourrait arriver. Mais pour que cela soit efficace au niveau national, nous avons besoin d'une véritable enquête nationale, indépendante et non gouvernementale sur ces questions. Et plus on en fait la promotion, plus cette idée est exprimée aux autres. Et nous avons entendu, plus le public entend cela de la part des autres, mieux c'est. Et enfin, comme je l'ai mentionné au début, la prochaine étape pour nous est de compiler l'examen, d'évaluer et de traiter les diverses observations et les prochaines étapes qui ont été suggérées par les participants à cette audience. Voilà donc les quatre prochaines étapes suggérées et nous invitons les autres membres du comité à partager les vidéos et les témoignages, à explorer les moyens de poursuivre le processus d'audience, à continuer de promouvoir la nécessité de cette enquête nationale indépendante et à creuser toutes les données que nous avons recueillies au cours des deux derniers jours pour voir ce que nous pouvons obtenir en termes d'observations et d'autres étapes suggérées. Alors, gang, enlevez-le. Ne parlez pas tous en même temps.

Shawn Buckley:
Eh bien, ça ne me dérange pas de parler de quelque chose qui me préoccupe depuis quelques jours. Une chose qui m'a vraiment troublé, c'est la façon dont les institutions, comme le Collège des médecins et chirurgiens de chaque province, ont réussi, dans l'ensemble, à dicter aux médecins et aux chirurgiens un comportement qui va à l'encontre de leurs propres règlements et codes d'éthique. Et il y a eu une conformité presque totale. C'est comme s'il y avait cette culture de la peur. Et hier, certaines des personnes et certaines des discussions, je veux dire, le mot courage est apparu, nous avons besoin de courage. Et je me demande si une partie du problème n'est pas en fait culturelle, parce que nous sommes entrés dans cette sorte de culture woke où, plus que par le passé, nous imposons une conformité totale avec le récit dominant du moment. Et je pense que l'une des choses qui a facilité la capture des personnes en première ligne sur ce sujet et le fait que toutes les institutions nous ont laissé tomber peut faire partie d'un problème culturel. Et je ne sais pas comment aborder cela lors d'une audience, et je ne sais pas comment cela pourrait être intégré dans le mandat. Mais je suis juste hanté par le fait qu'il y a quelque chose de philosophique qui permet cela. Je me souviens avoir lu un livre sur l'Holocauste et l'auteur faisait remarquer que les pays d'Europe de l'Est étaient beaucoup plus disposés à participer à l'Holocauste que les pays d'Europe centrale et occidentale. Et les Pays-Bas en sont un exemple. Il a également fait remarquer que les pays de l'Est avaient déjà vu leurs institutions détruites par l'occupation avant que les Allemands ne les réoccupent. Et donc avoir une culture d'institutions qui ont, vous savez, établi des principes avec une coopération fondamentale et limitative, mais c'est presque comme si notre mouvement culturel vers la conformité totale avait miné nos institutions d'une manière qui n'est révélée que maintenant.

Richard Girgis:
Je pense, Shawn, que tu es sur quelque chose. Je pense qu'il y a probablement un peu plus de nuances que cela, parce que la culture semble avoir changé presque du jour au lendemain et que c'était sous le couvert d'une urgence de santé publique. Donc, je veux dire, il y a une grande partie de ça. La peur a joué, une grande partie des actions. Donc manque de courage. est équivalent à la peur. Mais le fait est qu'avant la crise du COVID, de toutes les cultures que nous pouvions considérer comme étant les nôtres dans le monde entier, et dans la même mesure, voire plus, aux États-Unis, notre culture était encline à la dissidence et à la remise en question de l'autorité et à la remise en question des abus gouvernementaux, des excès institutionnels et des conflits d'intérêts. Et nous avions l'habitude de demander des comptes aux sociétés, aux multinationales, y compris celles dont on parlait jusqu'à aujourd'hui. Et ils ont payé de lourdes amendes. Mais depuis COVID, on dirait qu'il y a eu un silence. Et je ne sais pas si c'est principalement par peur ou si c'est aussi quelque chose qui a exacerbé une faiblesse culturelle sous-jacente.

Max Daigle (CAERS):
Eh bien, ce que je pense, c'est que nous devons essayer d'éliminer la peur de la conversation. C'était ces deux dernières années. La peur a été le moteur de tout cela. Et nous devons trouver un moyen d'avoir une conversation de cœur à cœur. Mais l'ensemble de la situation sur les effets qu'elle a eu sur tout le monde.

Preston Manning:
Et bien, c'est un bon article. Je veux dire, c'est un gros article. Comment changer une culture de la peur comme prochaine étape ? Mais l'une des façons d'aborder ce problème politiquement dans une petite circonstance, comme vous le dites à l'électeur, lorsque vous sentez que votre bouton de peur est poussé, soyez conscient que quelqu'un le fait pour une raison particulière. Soyez explicite à ce sujet. Et vous pouvez certainement le faire dans une audience publique. Vous pouvez arrêter le public et lui dire : "Écoutez, si vous sentez qu'on appuie sur le bouton de la peur, est-ce que vous réalisez qui fait cela, pourquoi ils le font et être capable de faire ce genre d'inoculation à grande échelle pourrait être une partie de la réponse à ce dont vous parlez. C'est un très bon point. Pour le reste, on cherche juste des articles. Nous ne pouvons pas en avoir trop parce que nous cherchons juste à savoir quelles sont les premières sortes de prochaines étapes. Richard.

Richard Girgis:
Je pense qu'institutionnellement, il doit y avoir un retour au rôle original. Ainsi, lorsqu'il s'agit d'agences de régulation, elles doivent reprendre leur rôle. Et lorsqu'il s'agit du pouvoir judiciaire également, il doit reprendre son rôle. Et le fait est qu'à l'heure actuelle, ce que nous voyons, y compris avec les cas dont nous avons discuté plus tôt au Québec, mais pas seulement au Québec, nous avons des tribunaux et des juges qui prennent connaissance judiciaire des recommandations de santé publique. Et c'est un problème majeur car cela étouffe toute possibilité de conversation ou de débat dès le départ. Et en même temps, nous avons aussi le pouvoir judiciaire qui dit qu'il ne peut pas se substituer au pouvoir exécutif. Pourtant, le pouvoir judiciaire est censé s'opposer en un sens, ou du moins être indépendant du pouvoir exécutif ou législatif. Et cela ne semble pas être le cas au Canada en ce moment. Actuellement, au Canada, il y a cette uniformité dans la réponse. Il y a cette uniformité dans la pensée. Et personne ne veut sortir des limites, en un sens. Et je comprends dans une certaine mesure, car si je devais me mettre à la place d'un juge unique, par exemple, dans une cour supérieure ou dans une moindre mesure dans une cour d'appel, mais disons dans une cour de première instance, je dois me mettre à la place d'un juge qui doit décider seul et mettre cette pression sur ses épaules si une politique de santé publique ou une politique de vaccination est légitime.

Richard Girgis:
Et ce juge doit être celui qui évalue les témoignages des experts des deux côtés de la conversation. Ce juge n'est pas nécessairement formé pour le faire et doit s'appuyer sur des témoignages d'experts, mais il est tellement plus facile et moins controversé de prendre acte judiciairement des recommandations de santé publique et d'oublier le grand débat. Et les médias et le gouvernement ont été, à bien des égards, complices de cette situation, dans le sens où ils ont créé cette atmosphère où il ne peut y avoir qu'une seule façon de voir les choses, et où il n'y a donc aucune raison d'avoir un débat public. Alors comment pouvons-nous, à l'avenir, faire en sorte que les institutions et le système judiciaire reprennent leur rôle, reprennent leur rôle et prennent sur eux d'exécuter le rôle comme ils l'ont toujours fait auparavant et comme ils sont censés le faire en premier lieu.

Preston Manning:
Ok. Nous pouvons l'ajouter à notre liste. La restauration de l'indépendance judiciaire. Un petit pas dans cette direction serait d'inonder le Conseil judiciaire. Shawn, vous pouvez expliquer que ce conseil judiciaire est le seul organe auquel peuvent être adressées les plaintes concernant la performance du système judiciaire. Je suis en train d'écrire ça, n'est-ce pas ?

Shawn Buckley:
Oui. Oui, vous l'êtes.

Preston Manning:
Il s'agirait donc d'inonder ce conseil de plaintes concernant le manque d'indépendance du pouvoir judiciaire, ou peut-être qu'ils sont contraints comme tout le monde. Mais ça en serait une. Maintenant, le seul petit problème avec cela est que le président de ce conseil est le juge en chef, qui, je dirais, a été compromis sur cette question elle-même. Mais c'est une autre question. C'est un très bon point, Richard Preston.

Shawn Buckley:
Une autre question qui semble être un problème ici est celle de la capture institutionnelle. Et si vous vous souvenez, Deanna McCloud a fait hier une présentation sur la façon dont cela se produit. Et je me souviens qu'avant sa mort, j'étais ami avec le Dr. Shiv Chopra, qui a été un scientifique de Santé Canada chargé de l'approbation des médicaments pendant environ 30 ans. Il est devenu un dénonciateur et a forcé le Sénat à le convoquer, lui et d'autres scientifiques spécialisés dans l'approbation des médicaments, pour qu'ils témoignent de la manière dont Santé Canada est influencé par les pots-de-vin et les pressions des entreprises pharmaceutiques. Et je pense que l'un des vrais problèmes, c'est ce recouvrement des coûts que le gouvernement Mulroney a introduit. Là où l'idée semble vraiment bonne, c'est de facturer des frais au secteur de la réglementation ou au secteur réglementé pour couvrir une grande partie des coûts de l'organisme de réglementation. Mais lorsqu'il s'agit de santé et de sécurité, je ne pense pas que ce soit une très bonne idée. Je ne connais pas les chiffres, mais je pense qu'environ les deux tiers du budget de Santé Canada proviennent des frais facturés. Par Santé Canada à l'industrie pharmaceutique, et cela crée un véritable conflit d'intérêts classique lorsque les régulateurs dépendent de ces sociétés, les sociétés pharmaceutiques, pour déposer des demandes de médicaments et facturer pour cela. Je pourrais continuer à énumérer les problèmes, encore et encore. Mais il est certain que nous avons un problème de capture institutionnelle et probablement pas seulement avec Santé Canada. Et je pense que c'est une question qui devrait probablement être abordée spécifiquement dans les termes de référence.

Max Daigle (CAERS):
Eh bien, pour renforcer la remarque de Preston, je pense que nous devons vraiment, vraiment nous concentrer sur le partage de beaucoup d'histoires de personnes qui ont souffert à travers le Canada. Gardez-le. Tu sais. Il s'agit de les faire participer par le biais du site web ou autre, et de les amener à partager avec le grand public canadien le fait que, vous savez, il y a eu beaucoup de souffrances qui n'étaient pas du tout nécessaires. Et je pense que nous aurons une plus grande chance d'atteindre le cœur des gens, puis l'esprit des gens. Bien.

Preston Manning:
Oui. En fait, vous avez déjà fait remarquer que, quels que soient les autres problèmes auxquels nous nous attaquons, qu'il s'agisse de la culture de la peur, du manque d'indépendance de la justice ou de la remarque de Shawn sur la capture institutionnelle par un processus pervers de recouvrement des coûts, la porte d'entrée est l'histoire de quelqu'un qui a été blessé par l'un de ces problèmes. Comme, vous ne commencez pas avec ces communication sage. Vous commencez par l'histoire du mal qui a été fait, puis vous l'attribuez. C'est peut-être à cause de la culture de la peur. C'est peut-être à cause du manque d'indépendance de la justice. Je pense que c'est vraiment ce que vous dites. Il s'agit d'une stratégie de communication et cela a déjà été souligné ici. Ok. Je ne veux pas que notre liste devienne trop longue parce que.

Shawn Buckley:
Parce que j'ai d'autres points, si vous voulez y aller. Mais si vous ne le faites pas, ce n'est pas grave.

Preston Manning:
Oui, je pense que de notre point de vue, plus nous pouvons nous en tenir à une liste courte et la mener à bien, plutôt que d'avoir 15 points et de ne pas pouvoir les réaliser, mais d'autres, d'autres points que nous devrions ajouter à cette liste. Reconnaître nos premiers est d'exploiter les données et les histoires que nous avons déjà.

David Ross:
Eh bien, je pense que c'est un bon début. Et vraiment, c'est le thème de tout cet exercice, c'est que c'est un début. Je pense que nous avons entendu beaucoup de personnes qui nous ont donné, je pense, une perspective assez cohérente. Et donc je pense que nous devons travailler avec ça. Juste un commentaire administratif. Des personnes nous ont soumis des propositions en ligne pendant les trois jours et nous n'avons tout simplement pas été en mesure de les traiter. C'est donc un commentaire un peu administratif. Nous y arriverons. Veuillez être patient avec nous. Nous sommes une organisation 100% bénévole, mais nous nommerons une équipe pour y répondre. Je tiens donc à remercier tout le monde pour leurs commentaires en ligne. Et, et aussi, vous savez, encore une fois, pour réitérer que nous apprécions vraiment ceux qui ont eu le courage de partager leur histoire. Et nous encourageons d'autres personnes, pas seulement des individus, mais aussi d'autres organisations, à travailler à cet effort afin que nous puissions entamer et maintenir dans ce pays le dialogue dont nous avons besoin pour restaurer notre nation telle que nous la souhaitons tous. Voilà donc mes commentaires.

Preston Manning:
Susan, un dernier mot de votre part ou.

Dr. Susan Natsheh:
Je pense qu'une partie de la collecte, les histoires permettront également, si nous pouvons les utiliser, de commencer à responsabiliser les politiciens. C'était certainement un thème commun à ces trois jours : les gens n'avaient pas l'impression que leurs élus les écoutaient. Nous avons eu un petit groupe qui a effectivement répondu, et il y avait aussi ce sentiment de parfois se renvoyer la balle. Bien. Je ne prends pas les décisions que quelqu'un d'autre prend, je ne fais que suivre les recommandations d'untel ou d'untel. Ainsi, une fois que les politiciens commenceront, je l'espère, à comprendre l'impact que le suivi de ces recommandations a eu sur leurs électeurs, le mal qui a été fait, j'espère que nous serons en mesure de créer une voie vers la responsabilité de nos élus.

Richard Girgis:
Si vous le permettez, j'aimerais revenir rapidement sur ce point précis, qui est celui que j'aurais soulevé. La question du renvoi de la responsabilité est tellement évidente si vous avez eu une crise qui a été gérée à un niveau purement exécutif. L'exécutif délègue sa propre autorité à la santé publique. La santé publique ne veut pas répondre autrement qu'en se basant sur ses propres recommandations, qui sont, comme Shawn l'a mentionné, basées sur des données compromises. Bien. Et puis le corps législatif n'est pas impliqué parce que nous fonctionnons par décret d'urgence. Ainsi, à tous les niveaux, on s'attend presque à ne pas obtenir de réponse de la part des responsables gouvernementaux, car ils ont déjà délégué leur autorité ailleurs. Et donc ils ne ressentent pas le besoin de répondre. Et quelque chose doit être mis en place pour limiter les pouvoirs de l'exécutif, à mon avis, ou pour limiter les pouvoirs de n'importe quelle branche du gouvernement en termes de processus de prise de décision, surtout en cas d'urgence.

Shawn Buckley:
Si je peux m'appuyer sur ce que Richard dit, parce que le droit est juste basé sur des principes philosophiques, que nous reflétons ensuite spécifiquement dans l'écriture et… Et je pense que nous avons un vrai problème philosophique. Je veux dire, si vous vous souvenez après la première guerre mondiale. Vous savez, nous avons ces crimes de guerre et nous avons dû y faire face. Et si tu suivais les ordres ? Êtes-vous responsable ou non ? Parce que les sociopathes comprennent que s'ils prennent des responsabilités et donnent des ordres, les gens feront des choses terribles qu'ils ne feraient pas s'ils en étaient eux-mêmes responsables. J'ai oublié. Était-ce Himmler, qui était à la tête des SS, ou bien certains de ses discours au début, lorsqu'il motivait les troupes, il disait littéralement des choses comme "Ce n'est pas toi qui appuies sur la gâchette, c'est moi qui appuie sur la gâchette". Comme s'il avait compris que s'il prenait la responsabilité de ce qu'il leur demandait de faire, ils le feraient. Et nous allons avoir tellement de gens qui se cachent derrière. Je suivais la politique. Je suivais la politique. Et c'est presque comme si nous avions un nouveau problème philosophique à résoudre. Êtes-vous responsable lorsque vous suivez une politique à des fins d'intérêt public ? Devriez-vous l'être ? Je veux dire qu'il y a des questions philosophiques vraiment intéressantes qu'une enquête devra aborder, parce que, comme je l'ai dit, la loi n'est que le reflet de nos croyances philosophiques avec lesquelles nous choisissons de nous gérer. Et donc je pense que nous devons regarder les choses en profondeur.

Preston Manning:
Je sais que ce sont de bons points. Et cela nous amène à la question suivante : lorsque vous êtes confronté à une situation d'urgence, confiez-vous la gestion à une bureaucratie où cette mentalité consistant à suivre les ordres, à se contenter de suivre les ordres et à faire ce qu'ils m'ont dit est l'éthique dominante, ou essayez-vous de la confier, comme l'ont dit certains des répondants, au moins à ces organisations de mesures d'urgence, qui sont moins susceptibles de le faire ? Mais ce sont de très bonnes questions. Je vois notre enquête devenir de plus en plus longue, mais nous finirons peut-être sur le point que Susan, le fait de raconter l'histoire, d'aborder toutes ces questions à travers l'histoire, l'histoire qui raconte le mal qui a été fait, je pense que c'est une excellente façon de procéder. Et pour parler du point de vue du politicien, souvent, si vous pouvez lui donner une histoire à raconter qui confirme votre point de vue, c'est un grand atout pour lui. Lorsque j'étais dans la politique, j'avais l'habitude d'organiser des réunions publiques un peu partout, mais je traînais après et je ne traînais pas seulement pour serrer la main des gens. Je reste dans les parages pour écouter parce que parfois quelqu'un dans le public vous répondra, en retour, ce que vous pensiez que vous lui disiez. Mais ils le diront avec des mots. Ils le diront en langage, ils le raconteront avec une illustration ou une histoire. Et en reprenant cette histoire, puis dans le discours suivant, vous racontez cette histoire. C'est un moyen très efficace d'aider un politicien à communiquer sur le sujet même que vous essayez d'obtenir. Je vais donc remercier les membres du comité de la prochaine étape. Notre travail ne fait que commencer, je pense, et nous nous retournerons vers qui nous retournerons ? Est-ce qu'on rend les choses à notre modérateur ? Et peut-être qu'en notre nom à tous, à Trish, nous voudrions exprimer nos remerciements pour avoir géré cet exercice au cours des trois derniers jours.

Dr. Susan Natsheh:
Merci beaucoup. Merci de m'avoir demandé. Merci. Merci. Cela nous amène à la conclusion. Je pense que ce que je demanderais aux gens, c'est de faire en sorte que tout le monde soit au courant de ce projet, vous savez, faites-le savoir, dites-le à vos amis, à votre famille, envoyez-le, utilisez vos médias sociaux. Et juste pour ma part, le point de Shawn sur le changement culturel, sur l'obéissance et la conformité qui, pour moi, est la partie la plus effrayante. Je ne reconnais pas mon pays, les voisins qui mouchardent sur leurs voisins et les gens qui suivent les ordres. Je ne comprends pas ce qui s'est passé ici. Quelque chose s'est passé et je ne sais pas s'il y a une réponse facile à trouver. Mais dans mon ADN, je sens que quelque chose est déplacé ici et que nous devons aller au fond des choses. Alors, ce n'est pas génial ? Nous avons cette merveilleuse conférence. Je pense qu'il est approprié pour moi de me retirer, et pour Sonya Anderson, qui a mis tout cela en place et nous a tous réunis, de faire un dernier adieu. Merci.

Sonya Anderson:
Merci, Trish. Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont participé à cet événement, qu'il s'agisse des citoyens de tout le Canada qui ont fait un zoom ou qui ont assisté en personne aux témoignages d'experts, qu'ils soient scientifiques, juridiques ou médicaux. A nos panélistes qui sont venus de tout le pays. Des personnes de toutes les régions du pays, de toutes les côtes, sont venues assister à la réunion en personne. Trish, un grand merci à toi-même. J'apprécie vraiment. Quelqu'un qui prend des notes et qui était à la table d'honneur ici, Liam, qui est venu de Vancouver pour le faire pour nous afin que nous ayons d'excellentes notes que nous allons partager avec vous.

Sonya Anderson:
Et je tiens à dire un grand merci aux salles de spectacles Vantage pour nous avoir permis d'envahir leur espace. Ces trois derniers jours, ils ont été excellents. Fantastique de la part de toutes les personnes de l'AV qui sont ici dans la salle avec nous et qui ont dû supporter un grand nombre d'échanges entre nous. Nous avons eu, je ne sais pas si vous le savez, si vous avez été là pendant les trois jours. Nous avons eu près de 60 orateurs et beaucoup d'allers-retours ont été un vrai défi, j'en suis sûr, pour eux, et ils ont été très gracieux à ce sujet pour la réservation et la nourriture. Donc, si vous avez besoin de réserver un lieu, vous devez le faire ici, par le biais des lieux vintage. Mais je vous remercie tout particulièrement, vous, le public, qui avez assisté à ces trois jours ou qui nous avez rejoints par intermittence. Et j'espère vraiment que vous partagerez ce que nous vous avons donné comme information. Parlez-en à vos voisins, à votre famille, à vos politiciens, aux médias, car nous devons faire évoluer le discours et cela viendra de vous. Merci beaucoup de vous être joints à nous et continuez à nous suivre sur chrisu191.sg-host.com. Merci.

Sonix is the world’s most advanced automated transcription, translation, and subtitling platform. Fast, accurate, and affordable.

Automatically convert your mp4 files to text (txt file), Microsoft Word (docx file), and SubRip Subtitle (srt file) in minutes.

Sonix has many features that you’d love including automated translation, collaboration tools, enterprise-grade admin tools, automated subtitles, and easily transcribe your Zoom meetings. Try Sonix for free today.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Related Posts